Suspension de l’aide militaire américaine : le gouvernement camerounais réagit

D’après le ministère des Relations extérieures, les Etats-Unis ont procédé à des « réductions marginales » de leur assistance militaire au Cameroun.

Dans une « déclaration » publiée sur sa page Facebook, le ministère camerounais des Relations extérieures réagit aux « allégations » récentes de la réduction par les médias de l’aide apportée par la sécurité des États-Unis au Cameroun.

Selon cette sortie, « en août 2018, le gouvernement américain a annoncé que le commandement américain des forces africaines commencerait à retirer des troupes de la région, en reconnaissance du succès des efforts conjoints visant à dissuader, perturber et vaincre les terroristes du groupe affilié à l’Etat islamique Boko Haram dans la région du lac Tchad ».

Ce serait fort de ces succès que les Etats-Unis ont informé le Cameroun que « des réductions marginales de l’assistance de sécurité américaine seraient associées à ce retrait. Le Cameroun n’a pas été informé de nouvelles réductions de l’assistance américaine en matière de sécurité depuis lors ».

Le gouvernement camerounais en profite pour rejeter des accusations de « selon lesquelles l’assistance militaire américaine a été utilisée pour commettre des violations des droits de l’homme ». Le ministère des Relations extérieures « nous ayons reconnu des cas de violation des droits de l’Homme, ils ont fait l’objet d’une enquête et de poursuites par les voies judiciaires appropriées ».

Des médias américains, qui citent des sources au département d’Etat, affirment que les Etats-Unis ont décidé de réduire de plus de 9 milliards FCFA, leur aide militaire et sécuritaire envers le Cameroun. Le gouvernement américain pointe des violations des droits de l’Homme de la part des soldats camerounais dans le conflit contre Boko Haram, et dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, le général Waldhauser, commandant des forces américaines en Afrique confirme cette décision des Etats-Unis. Le haut gradé expliquait devant la Commission des Armées du Congrès que les Etats-Unis réagissaient ainsi, car le pays ne pouvait continuer à fournir une assistance militaire qui servait à commettre des violations des droits humains.