camernews-garga-haman-adji

Stupéfiants: La région de l’Ouest sacrée tête de liste du trafic de chanvre indien au Cameroun

Stupéfiants: La région de l’Ouest sacrée tête de liste du trafic de chanvre indien au Cameroun

Les saisies fréquentes de chanvre indien dans la région de l’Ouest font dire aux autorités qu’elle est en passe de devenir une plaque tournante du trafic de stupéfiants au Cameroun.

Les statistiques révélées par le quotidien gouvernemental bilingue Cameroon Tribune, édition de ce mardi 27 octobre 2015 en matière de saisies de chanvre indien ne plaident pas en la faveur de l’Ouest. Citant comme source la Division régionale de la Police judiciaire de l’Ouest, le journal gouvernemental évoque des saisies de cannabis graduelle d’année en année, de l’ordre de 218 Kg de  cannabis en 2013 contre 1 052 kg en 2014 et 379kg au premier semestre 2015.

Ironie du sort, le lendemain de la publication de l’article incriminant la région de l’Ouest Cameroun dans le trafic de chanvre, les forces de l’ordre ont mis la main dans cette partie du pays sur un important stock de 400 kg de chanvre indien… confirmant de manière implicite les statistiques provenant de sources policières.

Sur le terrain, la réalité est bien plus grave que les chiffres communiqués par les sources policières, car très peu de trafiquants, vendeurs, cultivateurs ou négociants de chanvre indien sont pris dans les mailles des filets des éléments des forces de sécurité et de défense de la région de l’Ouest.

L’article publié dans les colonnes de Cameroon Tribune révèle l’ingéniosité des trafiquants de chanvre indien, toujours prompts à trouver des techniques pour détourner l’attention des forces de l’ordre, faisant très souvent passer les cultures de chanvre indien pour du haricot ou du maïs, sous lesquelles couvent en réalité des plants de cannabis.

L’exemple d’un repris de justice, en la personne de Félix Carlos Hakoua, est alors cité. Arrêté en 2012 pour détention, consommation et vente du chanvre indien puis au mois d’août dernier pour la culture de 500 mètres carrés de chanvre indien qu’il faisait passer pour  du piment, le jeune homme disposait au moment de son arrestation, d’un stock de 60 kg de chanvre indien déjà récolté et traité, une centaine de kg ayant déjà été livrés plutôt d’après un élément diffusé sur la chaîne de télévision privée Canal 2 International.

De là à lier l’accroissement du grand banditisme dans la région de l’Ouest à la culture de cannabis, il n’y a qu’un pas vite franchi par les autorités policières de la région de la région de l’Ouest qui précisent que les deux métropoles de Douala et Yaoundé sont alimentées par le cannabis cultivé à l’Ouest, et même la sous-région Cemac..

 

camernews-garga-haman-adji

camernews-garga-haman-adji