Stéphane Mbia se fait agresser à Yaoundé

Stéphane Mbia se fait agresser à Yaoundé

L’infortuné a eu le malheur de se retrouver à l’avenue Kennedy moins de 24h après son arrivée au Cameroun.

Des vêtements déchirés, un véhicule cabossé et quelques égratignures sur le visage. C’est le triste bilan de l’agression  du milieu de terrain des Lions indomptables du Cameroun. Il est environ 14 heures, en cet après midi du 25 juin, lorsque l’immense véhicule noir du footballeur arrive au lieu dit Avenue Kennedy à Yaoundé. Le Lion indomptable a le malheur de baisser l’une des vitres de son véhicule. Tout de suite, il est repéré par certains vendeurs à la sauvette qui pullulent dans le coin.

Tout de suite, le gros véhicule noir du footballeur est encerclé par des dizaines de personnes. Dès lors, le véhicule est immobilisé et une demi-douzaine de badauds se trouve déjà au dessus du véhicule. Stéphane Mbia prend au préalable soin d’enlever et de laisser dans son véhicule,  sa montre et sa  casquette, pour les sécuriser à l’intérieur de son véhicule.

A l’extérieur du véhicule, certains scandent déjà le nom du milieu de terrain, la circulation est rapidement interrompue. Deux policiers essayer de venir en aide au footballeur, mais c’est quasiment mission impossible. Stéphane Mbia est finalement extirpé de son véhicule et conduit dans l’un des  multiples couloirs sombres de l’avenue Kennedy par une bande de jeunes.

Au fur et à mesure, la nouvelle de la présence du Lion indomptable se propage au centre ville de Yaoundé. Après une dizaine de minutes, un taxi est rapidement stoppé  par trois militaires en tenue, il faut faire partir d’urgence le footballeur. La tension grimpe d’un cran et  des projectiles viennent de part et d’autre, le footballeur est de nouveau escorté.

Quelques revanchards prennent néanmoins soin de cabosser son  véhicule noir et de lui donner des coups de poings sur la tête. Le footballeur est sécurisé et transporté par des militaires à toute allure, vers une direction encore inconnue. Une équipe du groupement spécial des opérations (Gso) arrive sur les lieux, mais le footballeur ne s’y trouve plus. Des centaines de badauds regagnent leurs activités et les commentaires y vont bon train.

 

camernews-Mbia-Lion

camernews-Mbia-Lion