Statistique de pêche: des experts se font la main

Une formation organisée depuis lundi dernier pour renforcer les capacités des techniciens des pêches et améliorer la collecte des données en Afrique centrale.

Une bonne maîtrise des captures des pêches, constitue la clé pour une saine politique de développement du secteur. D’après Emma Belal, directeur des Pêches au ministère des Pêches, de l’Elevage et des Industries animales (Minepia) les systèmes de collecte de données dans la sous-région, sont encore peu performants. Un phénomène accentué par l’utilisation de méthodes de collecte non appropriées et la présentation des données statistiques sous divers formats, aboutissants à des informations peu fiables et à la non-standardisation des données. Pour en finir avec cette pratique malsaine, une formation sur le renforcement de la collecte des données des pêches en Afrique centrale se tient depuis lundi dernier à Yaoundé. Les assises qui accueillent une vingtaine de techniciens et cadres des services des enquêtes des pêches du Cameroun, du Congo, de Sao Tomé et Principe entre autres, se tiennent dans les locaux de l’Institut sous-régional de statistique et d’économie appliquée (ISSEA).

La cérémonie d’ouverture de cette formation a été présidée par Emma Belal, en présence des représentants de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de la Commission régionale des pêches du Golfe de guinée (Corep). La formation est placée sous le thème : «Statistique des pêches et collecte de données ». C’est compte tenu de sa grande renommée en matière de formation de cadres statisticiens que l’ISSEA a été choisit comme cadre de la formation. Sous la conduite de Robert Ngonthe, directeur de la formation continue et des statistiques à L’ISSEA, cinq encadreurs formeront les apprenants à l’utilisation de l’information sur la pêche, les stratégies de collecte de données, la bio statistique et la conception de l’échantillonnage. La formation s’achève le 19 septembre prochain.