camernews-Epervier

SRC : MADAME LA DIRECTEUR GÉNÉRALE DANS LE COLLIMATEUR

SRC : MADAME LA DIRECTEUR GÉNÉRALE DANS LE COLLIMATEUR

La Société camerounaise de recouvrement des créances est un haut lieu du crime immobilier. Etoundi Oyono s’en est sorti indemne. Mais ce ne sera pas le cas de Madame Messi Marie-Rose Thérèse Odile.

Emmanuel Etoundi Oyono, le premier directeur général de la SRC ne s’en cachait pas. en son temps, il disait à qui voulait l’entendre qu’il n’avait pas besoin d’être flanqué d’un adjoint. Conséquent, pendant dix longues années, il centralisait tous les dossiers et son adjoint, un certain auguste Mbappe Penda, passait le temps à se tourner les pouces. Quand il ne se prenait pas des vacations à l’enam. le même sort est servi à chaud à l’actuel directeur général adjoint, Monsieur Yossa bernard. Qui en est à se demander ce qu’il est venu chercher dans une telle galère.

Circulez, il n’y a rien çà voir…

Madame XXX a fait sienne cette maxime d’etoundi oyono. etoundi se baladait dans la république avec une garde armée jusqu’aux dents, un tableau qui rappelle les chefs de guerre au Congo ou en angola. Une information secrète entendue à Yaoundé dit que l’homme avait même constitué une milice de tueurs.  Pour éliminer des débiteurs de banques qui voulaient jouer les intelligents. Madame XXX n’est pas encore passée à cette vitesse. normal qu’on éveille le soupçon avec des manières théâtrales sorties tout droit du Far West elle s’est contentée de centraliser les dossiers sur ses bureaux, de licencier à tout-va et abusivement des collaborateurs indociles, et de privatiser à son compte les actifs nés d’une improbable restructuration bancaire.

l’affaire qui risque fort de l’emporter, c’est l’immeuble de l’ambassade d’afrique du sud à Yaoundé. on ne sait par quelle alchimie, l’immeuble en question lui appartient désormais  en toute propriété. elle ne l’a jamais construit, elle se l’est adjugé pour s’être trouvé au bon endroit, directeur général d’une société de recouvrement de créances. Mais ça par contre, tout le monde a bien vu et le contrôle supérieur de l’etat s’est emparé du dossier. et la presse sera bientôt inondée des hauts faits d’armes de la dame de fer. Paraît-il, la seule bâtisse de l’ambassade d’afrique du sud n’est pas son seul forfait.

 

 

camernews-Epervier

camernews-Epervier