Spéculation maîtrisée sur les Produits de grande consommation

Les mesures dissuasives sont prises en vue de l’application des tarifs homologués sur les marchés de la région.
Le sac de mil de 100 kg qui avait déjà atteint le pic de 32 000 F dans les marchés de Maroua se vend aujourd’hui à 25 000 F. Le riz produit à Yagoua avait aussi pris de la hauteur, de telle sorte qu’un sac de 120 kg se vendait entre 45 000 F et 50 000 F. Il est déjà accessible entre 32 000 F et 35 000 F. De même, le prix de la viande bovine est en baisse ; aujourd’hui achetée entre 1600 F et 1800F le kg avec os et entre 1800 F et 2000 F sans os, il y a quelques mois, il fallait ajouter 200 F pour s’en procurer. Dans le même ordre d’idées, le kilogramme de sucre qui se vendait déjà à 1000 F est revenu à 800 F.

Ces produits de grande consommation avaient connu un renchérissement sans raisons valables. Face à cette situation, Boubakari Abdoulaye, le délégué régional du ministère du Commerce (Mincommerce) de l’Extrême-Nord a envoyé sur le terrain des équipes d’agents de contrôle dans les marchés périodiques, en collaboration avec les délégués départementaux du Commerce et de concert avec les autorités administratives et locales, effectuer un travail de sensibilisation et de sanction. Une synergie d’actions qui est en train d’aboutir à un retour à l’orthodoxie pour ce qui concerne l’application des prix homologués. « C’est le mil qui a connu une véritable hausse du prix et ceci se justifie par la période de soudure car les stocks de l’année dernière sont largement consommés. Cette situation est créée par les commerçants véreux qui sortent en petites quantités leurs produits pour créer une certaine pénurie et élever le prix », explique le délégué régional.

Selon le délégué régional du Mincommerce de l’Extrême-Nord, ses équipes sont encore en train de se déployer sur le terrain en vue de contrer l’action des commerçants véreux prêts à rendre la vie dure aux parents en cette veille de rentrée scolaire 2015-2016. Ceux qui ne vendront pas les fournitures scolaires selon la grille communiquée par le ministre en charge du commerce seront frappés conformément à la règlementation en vigueur. « Les produits de grande consommation connaissent une baisse en ce moment et dans tous nos marchés. Le riz importé coûte entre 17 000 F et 17 500 F dans les marchés de l’Extrême-Nord. Même à Kousseri qui est très éloignée et qui a un problème d’accessibilité, le sac de mil coûte 18 000 F. En clair, les prix des produits de grande consommation sont sous contrôle», conclut Boubakari Abdoulaye