camernews-Marche-28-Fevrier

SOUTIEN POUR LES MILITAIRES ET JAMAIS POUR LES ENSEIGNANTS ET AUTRES …

SOUTIEN POUR LES MILITAIRES ET JAMAIS POUR LES ENSEIGNANTS ET AUTRES …

La mode actuellement au Cameroun est à la  collecte de vivres pour  les militaires au front  contre Boko Haram. Pourquoi pas ? Mais en même temps, comment ne pas  relever  qu’il n’y a jamais eu , dans notre pays , de  mobilisation quelconque  pour les  enseignants par  exemple ou toute autre catégorie sociale ?

Et pourtant,  nos gosses  se retrouvent  actuellement à 150 voire 200 dans des salles de  classes où nous, leurs  parents, étions à  … 32 ! !! dans l’indifférence
générale. Au lycée Leclerc où j’ai effectué l’essentiel de ma scolarité dans le secondaire, nous ne dépassions pas les 35 élèves au temps des Blancs, c’est – à – dire jusqu’en 1974 (le premier proviseur noir ayant été nommé cette année-là)

De  même, une hospitalisation à l’hôpital central, le plus vieil hôpital de Yaoundé (il datede 1953) est un calvaire. Vous achetez tout. En 1967, j’y avais été interné. Mes parents n’avaient rien déboursé comme argent.

Nous avions même droit, nous les malades, à trois repas de qualité par jour. Petit-déjeuner, déjeuné, dîner. Aujourd’hui, plus rien de cela. A quand une marche pour cessituations désastreuses?

 

camernews-Marche-28-Fevrier

camernews-Marche-28-Fevrier