camernews-Paul-Atanga-Nji

Sombres horizons pour Paul Atanga Nji

Sombres horizons pour Paul Atanga Nji

le 15 décembre 2013, Paul barthélémy biya bi mvondo est de retour en ce jour dominical au pays. il n’aurait manifestement pas digéré l’incurie de certains de ses proches collaborateurs dont Paul atanga nji, ainsi que les éléments de sa garde rapprochée prise de vitesse et débordée par la meute des agitateurs membres du Code et du Ccd, au hall de l’hôtel Meurice, alors qu’il regagnait ses appartements au soir du 7 décembre 2013. en compagnie de son épouse chantal Pulchérie Vigouroux biya, il venait de prendre activement part au Sommet de l’elysée sur la Paix et la Sécurité en Afrique tenu les 6 et 7 décembre 2013 à Paris.

Après cet important sommet qui avait regroupé 53 délégations d’états africains représentés pour la plupart au niveau le plus élevé, ainsi que Banki moon le Secrétaire général de l’organisation des Nations unies, le Président de la Commission de l’Union africaine, le président de la Commission de l’Union européenne, le président en exercice de l’Union africaine, et les représentants du Fonds monétaire international( Fmi), de la banque mondiale(bm), et de la banque africaine de développement (bad), des agitateurs membres d’une certaine diaspora camerounaise en exil et hostile au régime de Yaoundé avaient surgi en face du chef de l’etat, lui proférant des quolibets, scandant des slogans abjects et lui formulant des revendications.

Heureusement, Paul barthélémy biya bi mvondo sera escorté jusqu’à son ascenseur par des éléments de la Police française à qui incomberait la protection des chefs d’etat dans l’Hexagone. Comment expliquer les défaillances et l’inefficacité du dispositif sécuritaire du président de la République ?

Avant son départ pour la France, des sources établissent que Paul biya avait fait décaisser à l’attention du secrétaire du Conseil national de Sécurité et ministre Chargé de Mission à la Présidence de la République, un peu plus de 200 millions de F Cfa. Le pactole devait servir à couvrir les frais d’une mission secrète avancée à Paris, il s’agissait d’aller circonvenir avec des pièces sonnantes et trébuchantes, les membres du Code et du Ccd.

Atanga Nji devrait répondre de l’utilisation de cette importante cagnotte dont ses adversaires estiment qu’elle a été dilapidée en dépenses somptuaires, notamment la location de la suite 165 à l’hôtel Méridien Mont-Parnasse dans le 14ème arrondissement de Paris, d’où il en partira deux jours avant l’arrivée en terre française de l’ordonnateur des dépenses.

Un peu plus loin, dans son rapport 2011 transmis en son temps au locataire d’Etoudi, la Commission nationale anti corruption (Conac), recommandait déjà que des poursuites judiciaires soient engagées contre toutes les personnalités impliquées dans le pillage de la Cameroon postal services (Campost).

 

Dans ce cercle de personnalités interlopes, figuraient Paul Atanga Nji, le ministre Chargé de Mission auprès du chef de l’état et secrétaire permanent du Conseil national de Sécurité, Jean-Pierre amougou belinga, président directeur général du Groupe de presse l’Anecdote et proche de laurent marie Esso, Charles Tawamba, ancien administrateur provisoire de la Campost.

Ils sont rendus responsables de détournement de fonds de l’etat alloués à la Campost. Un précédent rapport du ministère en charge du Contrôle supérieur de l’etat (Consupe) sur la gestion de la Campost épinglait Paul Atanga Nji pour un détournement de plusieurs centaines de millions de F Cfa. Au total, 2.120.000.000 (deux milliards cent vingt millions) de F Cfa ont été détournés dans le cadre de la gestion de Tecsult, 13.232.223. 338 (Treize milliards deux cent trente et deux millions deux cent vingt et trois mille trois cent trente et huit) F Cfa versés par l’etat à la Campost en 2005 en vue du financement de ses activités à long terme ont été volés.

La subvention d’exploitation d’un montant de 4. 687.852.588 (Quatre milliards six cent quatre vingt sept millions huit cent cinquante et deux mille et cinq cent quatre vingt huit) F Cfa, octroyés en 2005 par les pouvoirs publics n’a pas été utilisée pour ce faire. Autant de griefs qui laissent présager de jours enfiévrés pour Paul Atanga Nji qui estime avoir fait à pied le trajet bamenda-Yaoundé pour manifester son soutien à Paul Barthélémy Biya bi Mvondo, manifestement de la  manière dont la corde soutient le pendu.

camernews-Paul-Atanga-Nji

camernews-Paul-Atanga-Nji