camernews-boko

Solidarité: Des bourses d’études pour 300 enfants de soldats morts dans la guerre contre Boko Haram

Solidarité: Des bourses d’études pour 300 enfants de soldats morts dans la guerre contre Boko Haram

L’organisation non gouvernementale « Cercle des enfants » que préside Françoise Etoa a également réconforté les veuves des défunts.

 «Nous la félicitons vraiment de tout cœur. Nous disons franchement merci  pour ce qu’elle a fait pour nous les orphelins. Aujourd’hui, elle nous a aidés, elle nous a montré que la vie ne s’arrête pas seulement là quand on perd un parent ». Ces mots sont ceux d’un des 300 enfants qui ont reçu dimanche 28 mai 2017 à Yaoundé des aides de l’Organisation non gouvernementale « Cercle des enfants ». Ils s’adressent  à sa présidente-fondatrice Françoise Etoa.

Celle-ci a décidé de réconforter à sa manière ces orphelins venus du Cameroun, Du Tchad, du Niger et du Nigeria et dont les parents sont morts en luttant contre Boko Haram. Des bourses d’études figurent au nombre des dons reçus. L’action de « Cercle des enfants » a le don de redonner le sourire à des gamins qui l’avaient perdu depuis de longs mois à cause de la brutale disparition de leurs géniteurs.  Ils n’étaient pas seuls à retrouver le sourire.

La 2ème édition des activités de « Cercle des enfants » a en effet été l’occasion de soutenir une nouvelle fois les veuves des soldats morts au front. Françoise Etoa promet de mettre à leur disposition un espace commercial qui va faciliter leur quotidien. « On va acheter un terrain, construire un magasin, l’achalander et l’offrir aux veuves de Mora. Nous l’avons appelé « supérette solidaire ». Elles auront tout, elles pourront avoir un magasin à elles. Elles pourront aussi aider ces populations de Mora. Et ce concept je le ferai dans toutes les 10 régions du Cameroun ».

Pour la bienfaitrice,  il n’y avait rien d’autre à faire qu’aider ces femmes désormais sans grands moyens.  « J’ai voulu célébrer les veuves de nos soldats. Ce sont des héroïnes. Je sais ce que c’est que perdre un mari, se battre toute seule », explique-t-elle au micro de la CRTV-Télé.

camernews-boko

camernews-boko