camernews

Sérail : un avenir incertain pour Joseph Owona

Sérail : un avenir incertain pour Joseph Owona

L’ancien membre du gouvernement a retrouvé le chômage après son séjour à Tsinga dans le cadre de la normalisation du Football camerounais.

Limogé du gouvernement au soir du 8 décembre 2004 alors qu’il était le tout puissant ministre de l’Education nationale, l’homme fort de Mvengue faisait partie de la réserve gouvernementale. Il a connu une longue traversée du désert de 8 ans avant de voir le destin lui confier les milliards de la Fecafoot. Entre 2013 et 2015, deux ans auront suffit pour le professeur de droit constitutionnel de retrouver du sourire : Véhicule flambant neuf, gardes du corps, chauffeur, salaire digne d’un fonctionnaire de la Fifa et autres avantages exorbitants.

Son règne à la Fédération camerounaise de football sera des plus alléchants grâce aux compétitions internationales auxquelles ont participé avec humiliation les Lions indomptables. Les affaires de primes, la gestion chaotique du mondial brésilien et les dépenses exagérées ont éclaboussé Joseph Owona au point où les média en sont venus à évoquer une procédure judiciaire contre le PCA de la SRC. Infos ou intox ? Toute porte à croire que le Comité de normalisation a vraiment échoué et que son président, pendant deux ans, n’a fait que préparer sa retraite en plaçant Tombi a Roko qui lui sera infiniment reconnaissant. Le fils de Mvengue peut désormais réfléchir sur son avenir. Peut-être aura-t-il préparé sa retraite ?

Exit la normalisation

Ça y est ! La Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a un nouveau président. Il s’appelle Tombi à Roko Sidiki, élu à 87% de voix. C’est un pur produit de l’ancienne équipe dirigée par Iya Mohamed. Le plébiscite de l’ancien SG de la Fecafoot amène les Camerounais à se poser la question de savoir si leur football est devenu une secte où il faut respecter les loges par étapes successives. Le cas de Tombi à Roko peut être considéré comme une gifle à la justice camerounaise qui l’a convoqué plusieurs fois au point même de retirer son passeport.

Tout semble démontrer qu’au Cameroun, le hasard n’a pas sa place. L’homme du Mbam et Inoubou a été préparé par son mentor Iya Mohamed et rien ne présage un avenir meilleur pour notre football, pris en otage par le diable. Entre Iya Mohamed et Tombi à Roko, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Les élections à la Fecafoot (qui ont coûté 700 millions de Fcfa) ont démontré que la corruption est le maître mot dans le football camerounais. A quoi auront servi tous ces bruits observés à la Fecafoot pendant 3 ans. Quelles sont les ressources utilisées par Tombi à Roko pour bénéficier d’un si grand électorat ? Peut-on dire que le Comité de normalisation présidé par Joseph Owona a taillé les lois et règlements à la mesure du vainqueur des élections du 28 septembre dernier ? Avec le mystère de la Fecafoot, des observateurs peuvent se poser autant de questions pertinentes mais sans jamais trouver de réponses parce que le Cameroun même a mal à ses intellectuels.

 

camernews

camernews