Sécurité sanitaire des aliments: les femmes de l’Adamaoua formées

Elles viennent de bénéficier d’un recyclage initié par le Mouvement national des consommateurs.

Comme des élèves dans une salle de classe, les femmes leaders des associations féminines, avaient l’air studieux mercredi dernier dans la salle des cérémonies de la Maison de la Femme et de la Famille de Ngaoundéré. Au début du séminaire organisé à leur intention par le Mouvement national des consommateurs (MNC), chaque participante  marquait un arrêt au secrétariat pour retirer son kit qui contenait un bloc-notes, un stylo, les formats…Cela fait une trentaine d’années, voire plus, que la plupart d’entre-elles n’avaient plus connu de telles émotions. Une quarantaine de femmes de l’Adamaoua ont renoué avec  l’ambiance de l’école. Deux jours durant, elles ont reçu des fondamentaux liés à la «sécurité sanitaire des aliments », thème ayant encadré la formation. L’atelier de sensibilisation a été initié par Rolande Ngo Issi, épouse Kella Ndongo.
Dans son mot de bienvenue, la présidente nationale du MNC a rappelé que l’organisation non gouvernementale qu’elle dirige est active dans la promotion, la protection et la défense des droits et des intérêts économiques des consommateurs depuis 25 ans. Cette structure envisage ainsi de s’installer durablement dans la région de l’Adamaoua, plus précisément dans la ville de Ngaoundéré pour mener ses activités d’encadrement des consommateurs. William Binyam,  deuxième adjoint préfectoral de Ngaoundéré, qui présidait la cérémonie en lieu et place du préfet de la Vina empêché, a salué l’initiative du MNC, soucieux de la santé et du bien-être des  consommateurs. Les participantes sont issues de toutes les couches de la population. Elles sont enseignantes, bayam-sellam, ménagères ou responsables d’associations féminines.