Sécurité alimentaire: Les efforts du Cameroun récompensés

La distinction décernée au pays par la FAO, l’année dernière, a été présentée par le Minader au cours d’un point de presse donné hier à Yaoundé.

Le Cameroun a réussi à atteindre l’un des objectifs du millénaire pour le développement (OMD). C’est la réduction du taux de proportion des personnes souffrant de la sous-alimentation, en la ramenant en dessous du seuil des 5%. Il a également réduit de moitié, le nombre absolu de personnes souffrant de malnutrition, tel que demandé par le Sommet mondial de l’alimentation (SMA). L’objectif de l’OMD était de réduire de moitié, le pourcentage de la sous-alimentation qui se situait dans les années 1990-1992 à près de 39%. Le Cameroun a déployé beaucoup plus d’efforts, dépassant le seuil demandé par les Nations-unies, en ramenant le pourcentage à 15,4% au cours des années 2010-2012. C’est en guise de reconnaissance de cet effort, pour l’éradication de la faim, que le Cameroun, à travers le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, (Minader), Essimi Menye, recevait des mains du directeur général de la FAO, José Graziano da Silva un prix, en reconnaissance des efforts du gouvernement camerounais pour l’atteinte de cet OMD.

Le point de presse donné hier à Yaoundé par le Minader avait pour objectif de porter cette information au niveau national et international.
C’était en présence du représentant- résident de la FAO au Cameroun, Maï Moussa Abari. Essimi Menye a déclaré que ce prix faisait la fierté de l’ensemble du Cameroun. « Une reconnaissance des efforts dans la lutte contre l’insécurité alimentaire », a-t-il reconnu. Pour le ministre, il y a des raisons d’être optimiste. Les petits producteurs sont à féliciter. L’agriculture familiale tient une place d’importance et devrait être renforcée, modernisée avec l’apport additionnel des semences de bonne qualité, l’introduction du machinisme, et l’intensification de la mécanisation.
Avec le potentiel dont dispose le Cameroun, beaucoup d’éléments ont permis que ce défi soit relevé. En accordant une grande importance dans le développement et la production des filières telles, le riz, le maïs, la banane-plantain, le palmier à huile, les fruits, le mil, le sorgho, la pêche et autres secteurs, le Cameroun a pu répondre aux besoins du consommateur. Le pays a également donné la priorité à l’insertion des jeunes dans le domaine agricole, un secteur qui crée de l’emploi et qui a su développer la production de certains aliments. Il y a aussi eu la promotion de l’agro-business. Toujours dans la même lancée, la création de la banque des PME qui permettra de rendre disponibles, les ressources financières pour appuyer le secteur. En ce qui concerne, ce prix, 13 pays au total ont été honorés, parmi eux, trois dont le Cameroun, ont poussé la performance plus loin.