camernews-Assou-Moukandjo

Saupoudrage dans la Tanière!

Saupoudrage dans la Tanière!

Quelques semaines après leur médiocre prestation en phase finale de la coupe du monde de football au Brésil, conclue par la dernière place au rang des 32 participants, les Lions indomptables reprennent bientôt du service. Dans le cadre des éliminatoires de la prochaine coupe d’Afrique des Nations, ils vont affronter les sélections nationales de RD Congo et de Côte d’Ivoire, deux adversaires connus pour leur combativité et la qualité technique de leur jeu. L’heure du choix des acteurs en charge de cette nouvelle campagne internationale de l’équipe nationale senior de football a sonné.

Ceux qui, totalement déçus par le comportement technique et disciplinaire des Lions à la phase finale de la coupe du monde du Brésil en juin dernier, s’attendaient aussitôt à un chambardement, peuvent, pour le moment, déchanter. Cette méthode n’a jamais été à l’ordre du jour au sein des Lions indomptables, bien que tous les principaux acteurs, du ministère en charge des sports à la Fécafoot, en passant par le staff technique et les joueurs, sans omettre les supporters, aient reconnu la nécessité de tirer les leçons utiles pour un avenir plus prometteur. Au regard du choix des acteurs en lice, la solution en cours pour remédier au mal profond des Lions indomptables est un traitement homéopathique, par injection de doses infinitésimales selon les compartiments. Il ne serait sans doute pas irréel de la qualifier par un mot : saupoudrage.

Pour diriger techniquement la sélection nationale de football, l’entraîneur Volker Finke reste en poste. Son assistant Ibrahim Tanko aussi. Par contre, exit l’adjoint Ndtoungou Mpile remplacé notamment par Djonkep Bonaventure et Alexandre Belinga. Exit aussi Jacques Songo’o, qui fait place comme entraîneur des gardiens de but à Alioum Boukar.

Indépendamment des personnalités ainsi retenues, l’on peut tout de même se poser la question suivante : le staff technique des Lions indomptables au Mondial brésilien 2014 n’est-il donc pas solidaire dans le travail accompli comme dans les résultats obtenus qui ne furent pas brillants, comme le dirait La Palice ? Certes, comparaison n’est pas raison. Mais tous ceux qui ont suivi tant soit peu l’actualité des sélections africaines au lendemain du Mondial brésilien ont observé que les encadreurs techniques ont eux-mêmes tiré les leçons qui s’imposaient.

L’observation de la liste des présélectionnés en vue de la préparation des rencontres annoncées semble procéder de la même alchimie. Quelques vieux briscards, sur lesquels personne ne s’arrêterait dans le contexte actuel, n’y figurent pas pour des raisons, par ailleurs, connues de tous. Il s’agit notamment d’Eto’o et de Makoun. A ces deux-là, il y a lieu d’y ajouter le gardien de but Charles Itandje. Cependant, la liste compte des « pros » qui n’ont pas encore officiellement trouvé des clubs, à l’instar de Stéphane Mbia, de Landry Nguemo et d’Enoh Eyong. Il y a lieu d’aller plus loin, en notant que des joueurs récemment écartés du choix du sélectionneur à la veille du Mondial sont aujourd’hui retenus. Par exemple, le gardien Ndy Assembe et le milieu de terrain Loé.

Cela est tout à fait possible, dans la mesure où des cas de blessés en ce temps-là peuvent être aujourd’hui guéris. Toutefois, entre-temps, après le Mondial, il n’y a pas eu de compétition de football au plan national et international permettant d’apprécier qui que ce soit. Alors, wait and see ? Le choix des acteurs évoqués relève certes des autorités compétentes. Mais une fois publié, il est soumis à l’analyse des observateurs. Au finish, les résultats, les bons, sont attendus. Dans le cas présent, il est question de la qualification pour la prochaine CAN.

S’il s’agit de parer au plus pressé et de ne rien chambarder pour assurer la continuité, les acteurs sont en place. Les résultats seront en eux-mêmes éloquents, même si dans le passé ils n’ont pas toujours permis de tirer les leçons qui s’imposent. Au demeurant, quels que soient ces résultats, ils ne masqueront pas l’incontournable réforme de fond de l’équipe nationale de football pour un avenir plus serein.

 

 

camernews-Assou-Moukandjo

camernews-Assou-Moukandjo