Santé publique: Un nouveau détergent miracle qui soignerait tout en vente dans les quartiers de Yaoundé

Nouvellement apparu dans les marchés de la capitale Yaoundé, un détergent baptisé MAX, est présenté par les revendeurs à pieds comme étant la solution miracle au problème de saleté mais également à divers maux qui nous pourrissent le quotidien

Un agent de l’entreprise sans nom qui commercialise ce détergent soigne-tout en se faisant passer pour des agents marketing en stage, a tenté de nous en vendre un, à la modique somme de 50frs CFA “juste pour essayer et adopter”.

Après examen de l’emballage très chargé en littérature de ce détergent miracle, nous avons fait quelques constats alarmants voire dangereux pour les populations.

Au-delà du nom MAX figurant en gros caractères sur une face du détergent, on ne retrouve qu’une vulgaire adresse émail. En revanche, pas de boîte postale, pas de numéro de téléphone, aucun nom d’entreprise ou de distributeur, encore moins la localisation de l’importateur ou son représentant dans la ville.

MAX, le détergent qui soigne tout !


Mais ce n’est pas le plus choquant! On recense en parcourant le verbiage inscrit sur l’emballage de ce détergent soigne-tout, qu’il a la prétention de nous guérir de quasiment tous les bobos les plus fréquents dans notre quotidien. Et la liste est assez détaillée.

En plus d’être un antiseptique et un anti moustique très efficace, le détergent MAX serait également ainsi efficace contre, excusez du peu:

– les boutons,

– les pellicules,

– la teigne,

– la dartre,

– le came-nogo,

– la bourbouille,

– les démangeaisons,

– la transpiration,

– les odeurs corporelles,

– le mal de dents,

– la mauvaise haleine,

– le saignement des gencives,

– les maladies des ongles,

– les démangeaisons entre les orteils,

– les cors,

– la plante des pieds écaillée ou rugueuse,

– la grippe,

– le mal d’oreille

– les blessures (qu’il guérit sans laisser de cicatrices)

– la glaire,

– la constipation

– le mal de dos

– et, cerise sur le gâteau, le détergent MAX peut servir de shampoing et de dentifrice.

En dépit de l’existence de l’Agence des normes et de la qualité (ANOR), d’une brigade de contrôle et de répression des fraudes au ministère du commerce (Mincommerce), des douanes camerounaises qui se sont récemment glorifiés des formidables résultats financiers accomplis, d’un système NEXUS au Port autonome de Douala (PAD), de scanner mobile à la disposition des postes douaniers important à travers le pays, des patrouilles certes sporadiques aux frontières du Cameroun avec nos voisins, il est inquiétant, une fois de plus, de voir que des Camerounais utilisent leur argent pour importer ce genre de produits, qui n’ont forcément été testés par aucun laboratoire où que ce soit, mais qui se retrouve déjà dans les ménages.

Si ce détergent miracle soigne-tout a été importé, alors c’est une preuve de plus du niveau de corruption dans lequel sont plongés les Camerounais prêts à tout pour s’enrichir. Bien sûr le produit pourrait aussi avoir été fabrique localement, tant il existe des tonnes de «Dokta August» ou charlatans au Cameroun, prêts à mettre n’importe quoi sur le marché pourvu que ça rapporte. Pourtant, un de ces jours, ces produits impossible à tracer feront des victimes, avant qu’on agisse. En attendant, prudence !