camernews-etoo-a-ouagadougou

Samuel Eto’o Fils: «J’ai décidé de rester à ma place, d’accepter qu’on m’insulte»

Samuel Eto’o Fils: «J’ai décidé de rester à ma place, d’accepter qu’on m’insulte»

L’ancien capitaine des Lions Indomptables était l’invité de BBC Afrique samedi dernier. Il n’exclut pas de faire un jour à travers un livre le grand déballage sur un pan de la vie de l’équipe nationale fanion de football du Cameroun.

Samuel Eto’o Fils n’a pas oublié sa relation tumultueuse avec l’équipe nationale de football  du Cameroun. L’ancien capitaine de la sélection nationale fanion s’est quasiment confessé samedi sur l’antenne de la radio internationale BBC Afrique.

Samuel Eto’o semble se réjouir de sa nouvelle situation. Il décrit une fin de carrière heureuse et adopte l’attitude de l’homme humble. «J’ai essayé. J’ai vraiment essayé ! J’ai compris qu’il fallait que je me concentre plutôt à la fin de ma carrière et au début de ma future autre carrière. Moi j’ai décidé de rester à ma place, d’accepter qu’on m’insulte», dit-il. Le meilleur buteur de l’histoire de la  Coupe d’Afrique des Nations se dit content d’avoir essayé de faire bouger les lignes dans la gestion des Lions Indomptables.

Il est satisfait bien que son objectif n’ait pas été atteint.  «Et je suis d’autant plus heureux parce que si je n’avais pas essayé de changer les choses, je serais très triste parce que je n’aurais pas accompli toute ma mission», reconnaît la star du football mondial.

Eto’o affirme avoir donné tout ce qu’il avait dans les jambes, la tête et le cœur pour son pays. «J’ai défendu le Cameroun corps et âme avec tout l’amour, toute la passion possibles, tous les dangers possibles. J’ai essayé autre chose, même si c’est difficile», admet-il.

L’enfant de New-Bell tient enfin ces propos qui ressemblent à la fois à une menace et une promesse. «(…) J’ai tout entendu, j’ai tout vu. Des choses se sont passées de manière incroyable. Mais je garde tout ça pour moi pour un jour, si je décidais d’écrire mon livre, apporter ma vérité».

 

camernews-etoo-a-ouagadougou

camernews-etoo-a-ouagadougou