Salifou Sop Tiam: « La crise est passée »

Président du conseil d’administration de Racing de Bafoussam.

Qu’est ce qui a changé au sein du TPO, pour qu’on passe d’une équipe timorée qui doutait à une équipe ambitieuse ?

La première chose qui a fait bouger les lignes, c’est l’apport du gouverneur que nous tenons à remercier. Il y avait une sorte de démotivation générale. Le gouverneur a convoqué des réunions pour que l’équipe de la capitale régionale de l’Ouest ne chute pas. Il y avait un problème d’argent. Les caisses étaient vides et les dettes énormes. Grâce au numéro un de la région, les élites ont mis la main dans la poche. Racing de Bafoussam n’est pas l’équipe d’une personne. C’est un patrimoine collectif. Maintenant, il y a plus de participation, plus de présence des supporters et la motivation est de retour. L’autre changement est venu des joueurs eux-mêmes. J’ai récemment appris qu’ils se sont réunis à plusieurs reprises et ont dialogué. C’est pourquoi on retrouve sur le terrain une équipe et non un ensemble de joueurs. Ils ont une solidarité qui me rappelle celle de l’équipe qui, même sans moyens, se battait sur le terrain pour que Racing de Bafoussam remonte en Ligue 1. Je peux dire que la crise est passée. On regarde désormais vers l’avenir.

Quelles sont les perspectives ?

Les perspectives sont d’abord financières. En attendant que viennent d’autres fonds des sponsors, il faut des moyens pour mettre les joueurs à l’aise. Nous avons épongé tous les arriérés de salaires et de primes. Nous remercions tous ceux qui ont fait un geste en faveur du club et nous continuons à tendre la main en disant que c’est l’équipe de toute une région. C’est un patrimoine du Cameroun. Il y a des groupes de supporters et des élites qui nous viennent en aide. D’autres donnent directement des primes aux joueurs. Ce qui augmente leur motivation. Sur le terrain, on veut encourager les joueurs à continuer de se battre pour maintenir les résultats positifs. La comptabilité des points se fera par la suite. Quant à la coupe du Cameroun, nous voulons aussi la jouer à fond pour aller le plus loin possible.