camernews-romerio

Romario : « Ce sera la Coupe de la honte ».

Romario : « Ce sera la Coupe de la honte ».

Hier, l’ancien joueur de la Seleçao et champion du monde en 1994, aujourd’hui devenu une  figure
 
politique siégeant comme l’un des députés de la ville de Rio, Romario demande qu’une enquête soit 
 
ouverte  contre les  dirigeants  du  football  brésilien  pour  déterminer les  raisons  d’une  telle  déroute. 
 
Il  pointe  du  doigt  les  dirigeants  qui,  selon  lui,  devraient  être  emprisonnés.  Comme  la  majorité  de 
 
la population qui croupit dans une pauvreté extrême, l’ancienne  star de  football a  refusé et  rejeté 
 
en  bloc l’organisation  de la  Coupe  du monde  par  son  pays.  Car, il estime  que loin  de  résoudre les 
 
problèmes  de  développement  de  son  pays,  l’organisation  de  ce  mondial  a  davantage  entériné  la 
 
corruption déjà galopante au niveau des  facturations et de la passation des marchés, mais en plus, 
 
elle a enrichi une certaine caste de personnes. Il déclare à cet effet :
 
« Notre  football  se  détériore  depuis  des  années,  il  est  sucé  par  des  dirigeants  qui  ne  savent 
 
même  pas  jongler  avec  le  ballon,  assène-t-il  dans  une  lettre  diffusée  sur  les  réseaux  sociaux  qui  a 
 
rapidement trouvé écho auprès des supporters. Ils restent dans leur tribune de luxe dans les stades 
 
en trinquant aux millions qui entrent sur leur compte bancaire. »
 
Il  se  montre  acerbe  et  cru  surtout  avec  les  actuels  dirigeants  de  la  fédération  de  football 
 
brésilienne :  « Marin  et  Del  Nero  devraient  se  trouver  en  prison ».  Marco  Polo  Del  Nero  étant 
 
celui  qui  devrait  le  remplacer au  sommet  de  l’organisation en  2015 après  le  départ  de  José Maria 
 
Marin. Le diagnostic de Romario va au-delà des entraineurs et des joueurs qu’il déresponsabilise. Il 
 
souligne : « Vous croyez que c’est le problème des joueurs ou de l’entraîneur ? Absolument pas ! […] 
 
On restera avec nos stades surfacturés et aucun héritage matériel. »
 
Ces  propos  recueillis  par  nos  confrères  de  sport 24,  traduisent  non  seulement  l’état  d’esprit  du 
 
joueur  professionnel  qu’il  a été, mais  aussi  celui  de  l’homme  politique  qu’il est  devenu.  Selon  son 
 
autopsie du football brésilien, « la corruption au sein de la CBF a son origine dans les clubs brésiliens, 
 
parce  que  ce  sont  les  fédérations  et  les  clubs  qui  élisent  depuis  des  années  le  même  groupe  de 
 
dirigeants », il ajoute « les clubs sont noyés par des dettes colossales envers les banques et fraudent 
 
le  fisc.   Dilma  (Dilma  Rousseff,  Présidente  du  Brésil,  NDLR)  va  remettre  la  Coupe  à  une  autre 
 
sélection. Ils emporteront la Coupe et nous on restera avec nos stades surfacturés et aucun héritage 
 
matériel. Car, sur le plan de l’immatériel, nous avons montré au monde que nous sommes un peuple 
 
heureux malgré toutes nos difficultés ».
 
Et pour terminer son propos, lui qui a toujours été en faveur de l’intervention du gouvernement dans 
 
les affaires de la fédération pour mettre fin à plus de 20 ans de magouilles, a souligné : « Ce sera la 
Coupe de la honte ».
camernews-romerio

camernews-romerio