Video source missing

Retour : Sam Mbende se fait glamour

Retour : Sam Mbende se fait glamour

14 ans après son dernier opus, le musicien revient avec une galette pleine de sensualité et de douceur dédiée à ses muses.

Sur la pochette, il arbore cet air mystérieux qui tranche avec cette nature fougueuse qui le caractérise et dont plusieurs en ont souvent fait les frais. Avec sa dernière galette «Glamour», Sam Mbende signe son 4ème album solo et son retour dans les bacs après 14 ans d’absence, loin des joutes du droit d’auteur. Et c’est pour le plus grand plaisir de ces dames auxquelles il dédie (encore!) son œuvre toujours aussi romantique en langue duala. Ne dit-on pas que c’est la langue de l’amour et du romantisme par excellence?

«Glamour», c’est une série de mélodies langoureuses qui, au lendemain des fêtes de fin d’année ramène les auditeurs à la réalité, avec juste ce zeste de mélancolie dont on a besoin pour se souvenir des moments exceptionnels. Loin des «catwalk», le glamour de Sam Mbende se joue entre sa voix, la mélodie et les paroles des différentes plages. A travers les mélodies, Sam conserve ce mystère qu’il affiche sur la pochette : il se livre, appelle à l’amour (Marina), au pardon, se fait attentionné (Gloria); le tout avec cette retenue de l’amoureux qui sait jusqu’où il ne doit pas aller pour faire chavirer sa belle.

Si «Bella Donna» et «Marina» sont de belles ballades pour amoureux, «Gloria» vous emporte dans un tout autre univers. Ici, on sent bien que la voix de l’auteur s’est épaissie avec le temps. Loin d’être un handicap pour les textes qu’il chante et de travestir les paroles et le style de l’artiste, cette voix un peu plus rauque que celle d’il y a 14 ans ajoute au charme et à la maturité de cet opus tout en sucre.

Comme pour chaque texte, «Gloria» raconte une histoire pleine de profondeur. Dès les premières notes, on remarque une grande sensibilité, elles s’harmonisent tandis que la voix se fait aussi douce que du satin. Dans ce titre, l’auteur, demande à son amoureuse de lui pardonner ses «fautes d’amour»: «Appelle le soleil, appelle tout le monde mais n’oublie pas d’appeler l’éternel pour qu’il t’aide à me pardonner mes péchés d’amour» ; «je mourrai d’amour pour toi», lui susurre-t-il alors que la mélodie laisse des frissons à l’auditeur.
Des frissons qui se dissipent au fil de l’écoute de «Diva», un featuring avec Alexia Waku. Ici, c’est la célébration d’une rencontre musicale vieille de plusieurs années et qui a muri au fil du temps.

Les voix des deux auteurs se mêlent tout en conservant chacune, son authenticité. Une musique pleine d’entrain, qui nous rappelle le titre «Chikida» (1990), premier featuring entre les deux artistes que l’on prend du plaisir à redécouvrir ensemble.

Alors que les plages défilent les unes après les autres, que les mélodies s’envolent, aussi légères et virevoltantes que des étoffes précieuses et que le dernier son se fait entendre, c’est une grosse impression de solitude qui nous envahit. On se doute bien que les fans de l’artiste qui se procurent le Cd dans les différents points de vente Mcpop music à Yaoundé et Douala, pour l’instant, lui en voudront d’avoir pris autant de temps pour leur revenir. D’autres lui diront merci de leur avoir offert, pour 2014, cette musique authentique, sans fioritures.

 

camernews-Sam-Mbende-Glamour

camernews-Sam-Mbende-Glamour