Retour aux sources: Il y a 130 ans, Douala était Kamerunstadt

Une exposition des photos des grandes figures camerounaises et allemandes et des documents historiques a lieu à la salle des fêtes d’Akwa, à Douala. Elle permet au large public de mieux connaitre l’histoire de la naissance de la capitale économique du Cameroun.

En prenant pour repères la conférence de Berlin qui s’est déroulée entre novembre1884 et février 1885 et a organisé le partage et la division de l’Afrique, la commémoration du Centrentenaire de la naissance de Kamerunstatd (1885-2015) est marquée par l’exposition des photos des grandes figures camerounaises et allemandes et des documents historiques dont le traité germano-duala. Les copies de l’original et de la traduction en français. L’exposition a débuté jeudi dernier à la salle des fêtes d’Akwa et se poursuit jusqu’ au samedi 26 septembre 2015. Pour éviter de confondre «Kamerunstadt» (Ville du Cameroun en allemand) à «Kamerun»(Cameroun), alors utilisé pour désigner l’ensemble du territoire confié à l’administration allemande, un décret allemand transforma ce qui était connu comme Kamerunstadt en ville de Douala le 1 er janvier 1901.

Berceau du nationalisme

A côté de quelques photos des rues et habitats de Kamerunstadt » sous le protectorat allemand (1884-1914), plusieurs portraits de Camerounais et d’Allemands sont exposées. On peut voir les photos des principaux signataires du traité germano-duala du 12 juillet 1884. Notamment King Akwa Dika Mpondo, King Bell Ndoumb’a Lobe et Edouard Schmidt qui agissait pour le compte de la firme Woermman. On trouve aussi les photos des héros nationaux pendus ou exécutés sur la place publique 8 août 1914 par l’administration allemande : Rudolf Duala Manga Bell, son secrétaire Adolf Ngosso Din qui s’était clandestinement embarqué dans un bateau à Douala pour aller défendre les intérêts de son peuple en Allemagne où il fut arrêté et ramené à Douala pour être jugé et pendu et l’officier Martin Paul Samba.

Ainsi que les photos d’un journaliste allemand qui a soutenu la cause des Duala – la lutte contre l’expropriation des terres des indigènes par l’administration allemande qui avait programmé un projet de développement séparé au cœur de la naissance des quartiers New-Deido et New-Bell – auprès des autorités et institutions allemandes à Berlin. Sans oublier celle de l’explorateur et commissaire impérial allemand Dr Gustav Nachtigal et des six gouverneurs allemands au Cameroun. Cette exposition révèle aussi l’étendue du Cameroun allemand, à travers des cartes et notamment celle du grand Cameroun en 1911, qui s’étendait au-delà des frontières actuelles et englobait une partie du territoire tchadien, une partie du territoire centrafricain et une partie du territoire congolais. Cette exposition permet au large public de mieux connaitre l’histoire de la naissance de la capitale économique du Cameroun. Mais aussi le début du nationalisme camerounais.

Affrontement et posture

Promotrice du Centrentenaire de la naissance de Kamerunstatd, Marilyn Douala Manga Bell, qui est aussi présidente du Centre d’art contemporain doual‘art souligne que : «l’exposition témoigne surtout de l’affrontement judiciaire, parlementaire, militaire, entre les personnes allemandes et camerounaises favorables à l’expansionnisme du gouvernement impérial contre les défenseurs allemands et camerounais de l’autodétermination du peuple camerounais. Ainsi, elle montre que le clivage entre fractions n’est pas une question de statut social, de races ou de religions, mais d’une posture quant à une cause donnée. Kamerunstadt est le point départ et de ce qui lie tous les Camerounais du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest», a précisé Marilyn Douala Manga Bell.