Rencontre entre Niat Njifenji Marcel et Kumio Okamura

S.E.M Niat Njifenji Marcel a reçu ce 29 juin 2015, le nouvel ambassadeur du Japon au Cameroun.S.E.M Kumio Okamura, puisqu’il s’agit de lui, a sollicité une audience auprès du Président du Sénat. Malgré le que fait le Sénat soit en pleine session parlementaire, un accord de principe lui a été tout de même donné et ce lundi, tout s’est concrétisé.

« Compte tenu de l’importance du Sénat au Cameroun et en tant que nouveau ambassadeur, il a fallu que je vienne me présenter au chef de cette institution. Il s’agissait au cours de cette rencontre, de trouver les voies et moyens de renforcer notre coopération avec le Cameroun », a déclaré K.O à la presse.

En lui serrant la main, le PS lui a témoigné sa reconnaissance d’être venu et que le plaisir sera le même chaque fois qu’il y viendra.

Bien avant, le nouveau guide japonais à Yaoundé avait présenté les copies figurées de ses lettres de créance le 05 juin 2015 à Pierre Mokoko Mbonjo, Ministre camerounais des Relations Extérieures. Hâte certainement de présenter les lettres de créances de manière solennelle à S.E.M Paul Biya, Président de la République, le chef d’orchestre de la Chambre Haute du Parlement et son hôte auraient analysés la trajectoire que suit la coopération entre les deux pays.

L’ambassade du Japon à Yaoundé est l’une des 67 représentations étrangères au Cameroun, et l’une des 44 représentations étrangères à Yaoundé. Vielle de plusieurs décennies, quels fruits a-t-elle déjà produits ? Une coopération ne sous-entend pas « relation gagnant-gagnant » ? Malheureusement, le Cameroun reste toujours dans sa posture de main tendue. Par contre, le Japon contribue de manière active et significative au développement du Cameroun. Dans le domaine de l’éducation surtout primaire, à la culture, au volontariat en passant par la

production agropastorale, le Japon s’illustre visiblement. Au moment où l’économie camerounaise peine à sortir des fonds baptismaux, quelle nouvelle stratégie de développement implémentera S.E.M Kumio O ? On ne perd rien à attendre.

Portrait

Kumio:Camer.beNé le 07 juin 1954, K.O est un diplômé de la Faculté de droit de l’Université de Tokyo.

Il commence sa carrière au Fond de coopération économique d’Outre-mer en avril 1979.

Il intègre, en 1999, la Banque japonaise pour la coopération internationale où il occupe d’importants postes de responsabilité comme celui de directeur général du département de stratégie de développement et d’assistance.

En 2008, il est engagé au sein de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), dont les actions en faveur des populations camerounaises sont multiples.

S.E Kumio Okamura y a occupé de hautes fonctions comme celle de directeur général au département de l’aide au développement.