camernews-boeing

Relance de la Camair-Co: Le plan de relance de Boeing Consulting mis à rude épreuve

Relance de la Camair-Co: Le plan de relance de Boeing Consulting mis à rude épreuve

Le plan prévoyait le renforcement de la flotte, l’apurement de la dette, le maintien des ex-employés, l’ouverture de nouvelles destinations à l’international, l’exportation des lignes régionales et domestiques, l’accompagnement des experts de Boeing Consulting pendant une période de 18 mois, etc.

Le Chef de l’Etat a autorisé le décaissement de 60 millards de FCFA pour la relance de la Cameroon Airlines Cooporation (Camair-Co), au terme d’un plan de relance réalisé en 2015 et défendu par Edgar Alain Mebe Ngo’o, le ministre des Transports. De nouveaux responsables ont été nommés à la tête de la compagnie aérienne nationale qui depuis 2011, ploie sous le poids d’une dette (qui s’élève à 35 milliards de FCFA au 31 juillet 2016). Le Quotidien de l’Economie paru cd mardi 29 novembre 2016, rappelle que le ministre des Transports avait prescrit aux nouveaux dirigeants, la mise en œuvre du plan de relance du Cabinet Boeing Consulting.

Selon le journal, le plan prévoyait le renforcement de la flotte de Camair-Co (de 5 à 14 avions), l’apurement de la dette à hauteur de 35 milliards de FCFA, le déploiement de la somme de 91 millions d’Euro, soit 60 milliards de FCFA au profit de l’entreprise, le maintien des ex-employés de la défunte Cameroon Airlines (Camair) au sein de l’entreprise pour une période transitoire, l’ouverture de nouvelles destinations à l’international (27 au total), l’exportation des lignes régionales et domestiques, l’accompagnement des experts de Boeing Consulting pendant une période de 18 mois, etc.

Cependant, après le dernier Conseil d’Administration de la fin du mois d’août 2016, le Président dudit conseil (PCA) Mefiro Oumarou, a, dans une interview accordée au quotidien national, montré qu’il désapprouve l’approche du cabinet. «On ne restructure pas une entreprise en achetant des voitures. Je crois que vous mettez d’abord la structure en place. Vous définissez comment vous allez faire pour rendre un service de qualité. C’est à partir de là que vous direz quel type de véhicule peut être adapté au type de service que vous voulez offrir. Quand vous faites l’inverse, ce n’est pas possible», avait-il déclaré.

Depuis octobre 2016, peut-on lire, sur un effectif de 700 employés recrutés dans l’optique de la relance, 53 ont déjà été mis à la porte sur une liste arrêtée de 200 personnes. Alors que le Ministère des Finances (MINFI) avait commandé un audit de l’entreprise, le nouveau PCA a choisi l’option de son propre audit. «Une structure doit savoir maitriser ses charges et vivre de ses moyens. Il faut qu’on contrôle qui fait quoi», confiait le PCA de Camair-Co.

camernews-boeing

camernews-boeing