camernews-Nana-Payong

Réduction du budget de la CAN: «Quand on part de 23 milliards de FCFA à 4,8 milliards de FCFA, ça fait désordre», déclare Ferdinand Nana Payong manager d’évènements

Réduction du budget de la CAN: «Quand on part de 23 milliards de FCFA à 4,8 milliards de FCFA, ça fait désordre», déclare Ferdinand Nana Payong manager d’évènements

Dans un entretien accordé au confrère Mutations, Nana Payong analyse la chute du budget du comité local d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2016.

Initialement prévu à 23 milliards de FCFA, le budget de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football féminine 2016 qu’abrite le Cameroun dès novembre prochain est aujourd’hui arrêté à 4 milliards 800 millions de FCFA. Une réductionopérée par Philemon Yang, le Premier Ministre (PM), «après un arbitrage sans concession du Ministre des Finances Alamine Ousman Mey», précise le quotidien Mutations numéro 4230.

Interviewé par le journal à ce sujet, Ferdinand Nana Payong, le manager d’évènements, analyse la chute du budget du comité local d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2016.

Sur la question de savoir ce qui peut expliquer que le budget passe de 23 milliards de FCFA à moins de 5 milliards de FCFA, Ferdinand Nana Payong répond: «partir d’un «budget pharaonique», en réalité un état prévisionnel des dépenses vers un «budget» de rigueur n’est pas quelque chose de surprenant à priori. Ce type d’arbitrage se fait chaque jour dans nos administrations, nos entreprises et même dans nos associations ou nos familles.

Il y a dans cette affaire, deux choses qui ont provoqué le choc et l’émoi: on a communiqué les chiffres globalement sans indiquer les détails de chaque ligne ou de chaque poste. On parle de budget de la CAN depuis des mois sans que personne ne sache véritablement quels sont les objectifs de cette CAN 2016. Et c’est surtout là que le bât blesse. Toutefois quand on part de 23 milliards à 4,8 milliards ça fait désordre.

Pour éviter de donner libre cours relativement à ce qui s’apparente à de la «fantaisie», il serait opportun que le comité d’organisation prenne la parole pour s’exprimer précisément à ce sujet. Cette histoire peut devenir un parasite très nuisible à l’image de cette belle fête qui honore plus que la communauté sportive africaine, la femme africaine et le Cameroun».

Concernant les objectifs de la CAN, le manager d’évènements déclare: «on ne sait pas si la prochaine CAN sera l’occasion de faire une grande fête populaire, de vendre le potentiel touristique du Cameroun, de démontrer notre capacité à organiser des évènements d’envergure ou de booster l’économie ou alors de sortir victorieux, ou encore de consolider notre vivre ensemble. La stratégie et les moyens mis en œuvre se feront en fonction de l’objectif ou des objectifs assimilés à ce rassemblement».

Sur la question de savoir comment un budget d’un évènement de pareille envergure est élaboré, Nana Payong explique que «pour réussir un évènementiel, le nerf de la guerre est essentiel. Quand il s’agit d’évènementiel sportif comme la CAN, la question du budget bien qu’importante est secondaire. La question du budget est loin d’être prioritaire. Le facteur clé de succès, c’est d’abord la cohérence et la pertinence des objectifs. Il faut que ces objectifs soient absolument clairs ainsi que le modèle économique et les indicateurs de performance».

camernews-Nana-Payong

camernews-Nana-Payong