camernews-Fame-Ndongo

RDPC : FAME NDONGO ANNONCÉ AU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

RDPC : FAME NDONGO ANNONCÉ AU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

Selon des sources crédibles, le blanc de Nkolandom – comme l’appellent les intimes- serait la formule finale du président national pour revaloriser son parti politique qui perd du terrain.

Le parti de Paul Biya hier boîte à génie est devenu aujourd’hui boîte à fourberies. Les 03 dernières années ont été sanctionnées par des listes électorales biométriques, l’avènement du Sénat et le double scrutin du 30 septembre 2013. Ces différents événements ont démontré à suffisance que la paix et la sérénité ne sont pas les choses les mieux partagées au sein du Rdpc, parti au pouvoir. Les investitures des listes des candidats du parti ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, obligeant le président national à créer une commission ad hoc de discipline pour entendre les fauteurs de trouble présumés.

Un autre aspect de cette déchéance provient du fait que la totalité des prévaricateurs et des voleurs à col banc écroués sont presque tous des militants du RDPC. Aussi Paul Biya voudrait-il essayer la formule Fame Ndongo au secrétariat général du comité central afin de redorer, si cela est encore possible, le blason du parti du flambeau. Ce d’autant plus que Jacques Fame Ndongo s’est montré fervent défenseur du RDPC et de son président national toutes les fois où Marafa Hamidou Yaya a commis une sortie épistolaire pour dénigrer le parti politique qu’il a servi pendant des lustres. Les analystes estiment (à tort ou à raison) que sa désignation comme SG/CC du RDPC, si elle se confirmait, pourra être le couronnement d’une carrière politique bien remplie.

Qui est Fame Ndongo ?

La question mérite d’être posée lorsqu’il faut considérer la longévité de cet homme au gouvernement (il est depuis près d’une décennie ministre de l’Enseignement supérieur) et son influence politique dans son Sud natal. Taxé à tort ou à raison de traître, Fame Ndongo a paradoxalement connu une montée en puissance politique depuis la chute d’Engo Pierre Désiré, Ondo Ndong, Gilles Roger Belinga. Les aurait-il trahis auprès de Paul Biya alors qu’ils étaient vénérés par les populations du Sud, plus précisément celles de la Mvila et de la Vallée du Ntem grâce à leur puissance financière? Difficile de répondre par l’affirmative.

L’indéracinable ministre de l’Enseignement supérieur et élite politique incontestée du Sud a connu une série de dénigrements entre 2011 et 2014. Son attachement aux idéaux du chef de l’Etat lui ont valu des flèches acérées des adversaires du régime. Ancien patron du ministère de la communication, Fame Ndongo a toujours occupé des postes moins regardants au sein du régime. Ces 05 dernières années, son portefeuille ministériel a connu une plus-value avec les mesures d’accompagnements décidé par le président de la République notamment la prime de recherche. Du point de vue social, son investissement qui rapporte gros, notamment la vision paradisiaque de la cité de Nkolandom son village natal situé à quelques kilomètres d’Ebolowa capitale régionale du Sud.

Même la ville de Meyomessala n’attirerait pas les convoitises comme Nkolandom, pourtant loin d’être une circonscription administrative pour éviter les curiosités. Sur la liste : plantations capitalistes, villas, hôtels, sites touristiques, sociétés écument cette agglomération avec comme légitime propriétaire, le ministre Fame Ndongo. Au Cameroun, les membres du gouvernement depuis un certain temps ont embrassé la richesse.

Ce qui pourrait expliquer qu’ils aient maille à partir avec la justice. Et les amphithéâtres ? Paul Biya saura-t-il trouver un autre homme charismatique pour gérer ce département ministériel à problèmes si Fame Ndongo est propulsé au secrétaire général du comité central du RDPC ? Assurément oui. Car des têtes bien faites, le Cameroun en dispose à profusion.

 

camernews-Fame-Ndongo

camernews-Fame-Ndongo