Raphaël Futé, président de l’ASAC : «30 à 40 % des Camerounais qui possèdent un véhicule aujourd’hui ne sont pas assurés»

Selon Raphaël Futé, le président de l’Association des sociétés d’assurances du Cameroun (ASAC), 30 à 40% des Camerounais possédant un véhicule de nos jours, n’ont pas souscrit une police d’assurance. «A un moment donné, nous avons pensé que ce faible taux de pénétration est peut être dû à cette image que les assureurs renvoient sur le marché. C’est-à-dire l’image des compagnies qui collectent l’argent des usagers et qui traînent les pieds lorsqu’il faut régler les sinistres», a-t-il déclaré dans une interview accordée au Quotidien gouvernemental.

Cette réticence des Camerounais à souscrire une assurance automobile pourtant obligatoire, selon la réglementation, réduit davantage le taux de pénétration de l’assurance au Cameroun, qui est «extrêmement faible», soit «moins de 2%» en valeur relative, précise le président de l’ASAC.

En effet, bien qu’étant le 2ème marché (derrière la Côte d’Ivoire) de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA), le régulateur du secteur en Afrique centrale et de l’Ouest, le Cameroun demeure un champ en friche en matière d’assurance.

La culture de l’assurance y est encore embryonnaire, à cause, soutiennent certains experts, de la cherté des prestations par rapport au niveau de vie des populations, mais surtout du peu d’empressement des compagnies à remplir leurs obligations vis-à-vis des assurés en cas de sinistre.