Qui sont les onze juges chargés de superviser la prochaine présidentielle ?

Le Conseil constitutionnel camerounais a officiellement été constitué, après 22 années d’attente. En son sein, beaucoup de membres ou d’anciens membres du RDPC, le parti au pouvoir, et un seul représentant de l’opposition, issu du SDF.

Les onze membres du Conseil constitutionnel camerounais ont prêté serment mardi 6 mars, lors d’une cérémonie solennelle à Yaoundé. Cette institution, dont la formation était attendue depuis sa création, il y a 22 ans, compte cinq anciens ministres. Elle est notamment chargée de valider les résultats d’élections – notamment la présidentielle qui devrait se tenir en octobre 2018 – et de traiter les contentieux électoraux.

Si l’opinion camerounaise reconnait que les onze « sages » ont le profil d’éminents juristes, leur fort tropisme envers le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) leur est toutefois reproché. Petit tour d’horizon des juges qui détiendront la clef du prochain scrutin présidentiel.