camernews-Le-Debat

QU’EST CE QUI BLOQUE LE RAPATRIEMENT DU CORPS D’AHMADOU AHIDJO AU CAMEROUN?

QU’EST CE QUI BLOQUE LE RAPATRIEMENT DU CORPS D’AHMADOU AHIDJO AU CAMEROUN?

 

Ce 30 novembre 2014 marque le 25e anniversaire du décès de l’ex-chef de l’Etat du Cameroun. Le brouillard est toujours épais sur le retour de ses restes au pays. Bien que décédé, sa mémoire continue de hanter le pays tout entier . Si aucune manifestation n’est annoncée pour commémorer le 254e anniversaire de sa disparition, il semble évident que le débat sur le rapatriement de sa dépouille mortelle fait des émules au Cameroun et au-delà.

Dans une interview accordée il ya de cela quelques années à la chaîne de télévision française France 24, Paul Biya , le chef de l’Etat camerounais abordait la question relative à la dépouille de son prédécesseur restée à Dakar depuis sa disparition le 30 novembre 1989. ” J’ai cru comprendre qu’il y avait un problème pour ce qui est de l’ancien président (… ) Oui. Il y a eu des événements malheureux sur lesquels je ne reviendrai pas, en 1984, et l’Assemblée nationale, sur ma proposition, a voté une loi d’amnistie. Ceux qui ont vécu ces tristes événements ont retrouvé leurs droits, il y en a même qui sont au gouvernement. Le problème du rapatriement de la dépouille de l’ancien président est, selon moi, un problème d’ordre familial (… ) “.

Dans un entretien accordé à Jeune Afrique Economie (N° 169, juillet 1993), l’ex-première dame et veuve de Ahmadou Ahidjo faisait des précisions qui restent d’actualité sur cette question. Germaine Habiba Ahidjo indiquait que: ” Je tiens à rappeler qu’Ahidjo était un chef d’Etat. Il n’appartient pas qu’à sa famille. Il appartient en premier lieu au peuple camerounais. Il n’est pas un simple citoyen. Il a été président de la République dans son pays, et il a été enterré ici (ndlr, à Dakar) par un président de la République (ndlr, Abdou Diouf). (… ) Tout ce que je peux dire, c’est que l’on a fait en sorte que si un jour il devait rentrer au Cameroun, ce soit possible, dans le respect des rites de notre religion. Le reste ne m’appartient pas “, avait-elle déclaré.

Plus récemment sur RFI (Radio France Internationale), cette dernière disait ceci “J’ai entendu dire au Cameroun que je ne voulais pas rendre le corps de mon mari. Ce n’est pas que je ne voulais pas rendre, j’ai dit que je voudrais qu’on le réhabilite et que je le ramène officiellement avec sa dignité et son honneur. C’est tout ce que je demande, c’est tout ce que j’ai demandé.”

La troisième voie milite pour une entente entre la famille et l’Etat pour vider ce qui apparaît comme un contentieux historique.

Ahmadou Ahidjo n’a jamais eu droit à des obsèques officielles au Cameroun,tout comme les héros indépendantistes camerounais morts en exil ou assassinés par le pouvoir néo colonial de l’époque

Le Congo RDC de Joseph Kabila vient en effet d’autoriser le rapatriement des dépouilles de l’ancien président Joseph Mobutu et de Moïse Tshombe l’instigateur de la sécession du Katanga à l’indépendance du pays en 1960.

Bien au contraire…

Mais au Cameroun la dépouille d’Ahmadou Ahidjo, «illustre prédécesseur de Paul BIYA à la Présidence de la République» jusqu’au 04 novembre 1982, peut continuer à attendre son rapatriement du cimetière de Yoff à Dakar, sans susciter la moindre inflexion de la ligne dure des autorités de Yaoundé, visiblement plus pressées de «récupérer» la fille errante Aminatou Ahidjo,

Selon vous, qu’est ce qui bloque le rapatriement du corps d’Ahmadou Ahidjo au Cameroun? Telle est la question de la semaine

La rubrique le débat est la vôtre. Vous pouvez vous aussi nous soumettre des thèmes et des sujets à débattre aux courriels suivants: seumo@hotmail.com . Pour ceux d’entre vous qui nous ont soumis des sujets à débattre et qui ne sont pas encore publiés, prière de bien vouloir patienter. Ils seront diffusés

La rédaction de camer.be se charge de transmettre des suggestions constructives aux autorités compétentes. Bon débat

Nous vous souhaitons un bon dimanche

 

 

camernews-Le-Debat

camernews-Le-Debat