camernews-Paul Biya signature

Que fera Paul Biya dans les prochains jours ?

Que fera Paul Biya dans les prochains jours ?

Excepté l’affaire des trois religieux disparus, la préparation de la 42ème édition de la prochaine fête nationale et le dossier du remaniement ministériel, la tenue des assisses du Conseil supérieur de la magistrature aurait une place de choix dans le calendrier présidentiel.

De retour du vieux continent où il a aux côtés de son épouse, tour à tour pris part au sommet Union Européenne-Afrique de Bruxelles les 2 et 3 Avril 2014, et à la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II au Vatican, le dimanche 27 Avril courant, le président de la république Paul Biya a finalement regagné Yaoundé en début de semaine dernière, mettant ainsi fin aux supputations qui l’annonçaient de nouveau, en villégiature, tantôt à Genève en Suisse et plus précisément à l’hôtel intercontinental où il a ses habitudes, parfois même à Baden Baden en Allemagne.

En effet, quelques uns croient savoir que l’agenda présidentiel sera particulièrement surchargé dans les jours qui suivent, compte tenu de la commémoration du 42ème anniversaire de l’avènement de l’Etat unitaire, le 20 mai prochain. Des indiscrétions puisées à bonne  source font état de ce que Paul Biya pourrait, lui-même piloter le processus de recherche des deux prêtres Italiens Giampaolo Marta, Gianantonio Allegria et de la soeur Canadienne Gilberte Bissière enlevés à Tchéré dans l’extrême-Nord le samedi 05 Avril dernier.

Nonobstant la rumeur récurrente qui alléguait que le chef de l’Etat avait prescrit qu’aucune rançon ne soit plus versée. Une équation à mille inconnus. Quelques unes de nos sources rapportent que Paul Biya ne lésinera sur aucun moyen, conventionnel ou non conventionnel, pour retrouver les religieux disparus. À côté de la mobilisation tous azimuts du dispositif sécuritaire et de l’armada de nos services spéciaux, des contacts pourront ainsi être établis dans les prochains jours, avec certains Lamido, responsables religieux du grand Nord et du Nigéria voisin, dans l’optique de pister les ravisseurs ou tout simplement aux fins d’établir des contacts utiles pouvant déboucher sur d’éventuelles négociations.

On se souvient déjà, et alors qu’il se trouvait encore à Bruxelles, que quelques heures seulement après l’enlèvement des religieux, le chef de l’Etat avait immédiatement dépêché, le ministre délégué à la présidence, chargé de la défense Alain Edgar Mebe Ngo’o sur les lieux, pour un examen de la situation. C’est dans ce même sillage que certains responsables des brigades d’infanterie motorisée (BRIM), récemment nommés, avaient été installés. En effet, si la non-revendication de l’acte d’enlèvement des trois religieux pourrait particulièrement corser l’équation, la piste des chefs locaux voire celle de la négociation par le truchement du versement d’une rançon ne semble  pas exclue.

Excepté le  dossier des trois religieux, il apparaît de plus en plus que l’éventualité d’un remaniement ministériel dans les trois prochains mois, aurait une place de choix  dans l’agenda présidentiel, tout comme la tenue des assisses du Conseil supérieur de la magistrature dont on dit les dossiers bouclés.

camernews-Paul Biya signature

camernews-Paul Biya signature