camernews

Quatre membres présumés de Boko Haram interpellés à Bena

Quatre membres présumés de Boko Haram interpellés à Bena

Une enquête a été ouverte pour déterminer leur rôle dans les activités de cette secte terroriste.

Les forces de défense et de sécurité camerounaises ont bouclé la petite bourgade de Bena, localité située près d’Afadé dans le Logone et Chari, le 03 novembre 2015. Ce déploiement leur a permis de mettre la main sur quatre présumés membres de Boko Haram. Selon des sources sécuritaires, une enquête a été ouverte pour déterminer leur rôle dans les activités de la secte qui se sont intensifiées ces dernières semaines le long de la frontière entre l’Etat du Borno (Nigeria) et la région de l’Extrême-Nord au Cameroun. Si la visite du gouverneur de l’Etat du Borno à Gambarou, séparée de la ville camerounaise de Fotokol par le fleuve El Beid, le 03 novembre 2015, peut paraître comme une avancée certaine dans la lutte contre la secte terroriste, elle ne doit cependant pas faire oublier qu’en dehors de la reprise des grandes villes, l’armée nigériane peine toujours à rétablir la sécurité dans de nombreux villages frontaliers, toujours entre les mains de Boko Haram. Et d’où partent quotidiennement des incursions pour le Cameroun.

L’une d’elles, menée dans la nuit du 02 novembre 2015 dans le village Bakaresse, a entraîné la mort de deux civils, dont une fille d’à peine neuf ans. De sources locales, la nommée Kaltoumi a été retrouvée calcinée au domicile familial. En plus des pertes en vie humaine, le village a été incendié. «45 cases ont été brûlées. Ils sont réduits à cela, à des actes lâches. La fin de leurs exactions est proche», affirme Abba, un habitant de Kerawa. La bourgade de Bakaresse est située à moins d’un kilomètre de Kerawa qui subit elle aussi, depuis plus de deux mois, des assauts répétés de la secte.

L’armée camerounaise, en collaboration avec les populations, a stoppé ces derniers jours un grand nombre d’incursions. Le 02 novembre 2015, des membres de Boko Haram, lourdement armés et venant du village nigérian de Madawaya, ont pris position dans le village camerounais de Bla Salé, arrondissement de Mora. Les assaillants sont précipitamment retournés en territoire nigérian, une fois le dispositif du Bataillon d’intervention rapide (BIR) de Waza déclenché. Cette vigilance de l’armée n’est pas sans porter des fruits. Ce même 02 novembre, une patrouille du Bataillon d’intervention rapide (BIR) déployée à Limani est tombée nez à nez avec des éléments de Boko Haram qui convoyaient au Nigeria, du bétail volé à Pivou, un petit village situé entre Kourgui et Limani. Selon nos informations, les assaillants ont subi de lourdes pertes.

 

camernews

camernews