camernews-Marafa-Hamidou-Yaya

Proposition : la nouvelle campagne de Marafa

Proposition : la nouvelle campagne de Marafa

L’ancien ministre de l’Administration territoriale n’avait pas écrit de lettre depuis le début de l’année.

Lorsque, le 02 mai 2012, Marafa Hamidou Yaya, ancien secrétaire général de la présidence de la République et ministre de l’Administration territoriale pendant une dizaine d’années, publie sa première lettre ouverte à Paul Biya, l’événement a un retentissement sans précédent. L’homme est détenu depuis deux semaines et, pour la première fois un détenu de la fameuse opération Epervier décide de lutter en prenant l’opinion à témoin.

Dans sa première lettre, Marafa Hamidou Yaya s’étonne de son interpellation. Plus tard, dans d’autres lettres, il fera des révélations sur des affaires dont il a pu être informé pendant son séjour au gouvernement. Celles-ci dérangent. Mais Marafa, malgré toutes les tentatives pour le faire taire a décidé de ne pas s’arrêter. Sa condamnation plus tard à 25 ans de prison n’y changera rien. Même si, entretemps, le rythme de publication des lettres a changé, avec des intervalles de plus en plus long, Marafa Hamidou Yaya a toujours trouvé le moyen de s’exprimer. Sur son affaire, sur des questions le concernant mais, aussi, de plus en plus, sur la marche des affaires du Cameroun.

Sa dernière lettre, écrite le 24mars 2014, revenait sur l’assassinat de Madame Christiane Soppo, son assistante pendant plus de vingt ans, qui a été retrouvée morte chez elle le 26 janvier 2014. Il y dénonçait ce qu’il considérait comme un assassinat politique et interpellait le chef de l’Etat. « Monsieur le Président de la République, il est de notre devoir, il est du devoir de l’Etat, de prendre immédiatement les mesures suivantes:Mettre toutes les ressources publiques utiles à rechercher et punir les responsables de cet acte barbare, les commanditaires comme les exécutants, ainsi qu’à exposer leurs motifs. Assurer la protection de mes proches et particulièrement demes avocats, et faire le nécessaire pour que l’action menée contre moi, toute injuste qu’elle est, continue à prendre place sur le terrain du droit et de la justice réguliers. De nouveaux innocents ne doivent pas tomber sous les coups de la machette », écrivait Marafa.

Pour sa nouvelle sortie, en toute fin d’année et aumoment de la session parlementaire consacrée à l’adoption du budget, Marafa Hamidou Yaya a choisi d’évoquer un sujet lié justement au budget. Il considère que les 550 milliards de Fcfa que le Cameroun compte affecter dans le budget 2016 à la construction des infrastructures nécessaires à l’organisation des coupes d’Afrique des nations 2016 et 2019 constituent une dépense insoutenable. Pour lui, il est plus utile de renforcer le budget de l’éducation qui est « un des vecteurs les plus efficaces et les plus importants de lutte contre l’extrémisme ».

Concernant la Can masculine de 2019, Marafa Hamidou Yaya propose tout simplement de la partager avec le Nigeria et le Tchad. Il crée d’ailleurs le hashtag #weCANshare2019, comme pour lancer une campagne en vue de soutenir son projet. Et se mettre dans l’air du temps.

 

camernews-Marafa-Hamidou-Yaya

camernews-Marafa-Hamidou-Yaya