Promotion de l’éducation: Combattre les idéaux de la secte Boko Haram

D’après les enseignants musulmans, le Coran n’interdit pas l’éducation des jeunes comme semble le croire la secte Boko Haram.

 

Les membres de Boko Haram rejettent l’éducation. Cette secte islamique prône une idéologie  qui est contre l’éducation des jeunes musulmans. Son objectif est d’instaurer un califat et d’appliquer la charia. Un discours, dit-on, qui va en contradiction avec les textes coraniques. Présent à la cérémonie de remise des prix aux meilleurs élèves de Douala, Cheick Daouda Aboubakar, Imam prédicateur et enseignant a expliqué : « l’importance de l’éducation dans le monde d’aujourd’hui n’est plus à démontrer. Le droit de la femme musulmane à l’éducation est reconnu. Selon l’Islam en référence à des passages coraniques, la lecture et l’écriture doivent caractériser l’Homme musulman (e) ». Avec un ton dur, le prédicateur enchaîne : « la recherche du savoir est une obligation pour le ou la musulman(e). Il n’y a jamais eu de contradiction entre science et croyance. La religion musulmane a toujours encouragé les croyants à sortir de l’ignorance, faire la différence entre le bien et le mal, le vrai et le faux ».  L’interlocuteur renchérit : « l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde comme le disait le grand Nelson Mandela. Et c’est avec cette éducation que nous allons combattre Boko Haram ». En d’autres termes, Cheick Daouda Aboubakar soutient mordicus que les valeurs de l’Islam mettent en exergue l’importance de l’éducation de manière générale. « Le discours de Boko Haram n’a donc aucune ressemblance avec les principes de l’Islam », souligne le concerné qui salue au passage les actions que mène l’Alliance nationale des jeunes musulmans du Cameroun.
A sa suite, Sarah Eboa née Ndengué Thamar, proviseur du Lycée bilingue de New-Bell a appelé à plus de vigilance. « Aux lauréats, vous devez davantage travailler car le travail et la discipline sont les maîtres mots de la réussite. Par ailleurs, vous devez dénoncer toute personne suspecte et apporter ainsi votre contribution dans la lutte contre Boko Haram qui est contre l’école. Tous, nous devons prier pour nos pèlerins morts à la Mecque ». Un avis que partage Ludovic Etienne Ngbwale, Secrétaire général de la région du Littoral lorsqu’il avance : « nous ne pouvons briser ceux qui prônent des idéologies contre la République que par l’éducation ». A propos de Boko Haram et de la psychose qui règne pour l’heure dans la cité économique, notons que la cérémonie de remise de prix samedi le 24 octobre 2015 a connu un fort dispositif sécuritaire. Des agents de sécurité étaient armés jusqu’aux dents. Des détecteurs de métaux à l’ordre du jour. Un contrôle draconien de tous (adultes, enfants quel que soit l’âge, commerçants, administrateurs publics, autorités traditionnelles). Une fouille systématique des sacs.