camernews-barrage-hydroelectrique

Projets structurants: Le gouvernement cherche des financements pour Memve’ele et Kribi

Projets structurants: Le gouvernement cherche des financements pour Memve’ele et Kribi

L’Etat du Cameroun vient de lancer un emprunt obligataire estimé à 50 milliards Fcfa à cet effet. En rapport avec le premier emprunt obligataire, le taux d’intérêt passe de 5,6 à 5,9%.

Le respect des délais d’exécution des différents projets dépend de la réactivité des potentiels financiers. Au cours de la cérémonie de présentation de l’emprunt obligataire de l’Etat du Cameroun (Ecmr) qui s’est déroulé à Douala, le 12 décembre 2013, le gouvernement, par la voix du ministre des Finances (Minfi), Alamine Ousmane Mey a placé le deuxième emprunt obligataire du Cameroun sous le signe de la réalisation des projets structurants. Barrage de Memve’ele, construction du complexe industrialo-portuaire de Kribi, ainsi que la construction des routes Zoétélé-Nkolyop, Foumban-Tibati, Obala-Batchenga-Bouam ainsi que la construction de la «ring road » Bamenda-Kumbo sont les priorités du gouvernement dans la cadre de l’exercice budgétaire 2014.

L’emprunt obligataire par appel public à l’épargne lancé par l’Etat du Cameroun table sur un montant de 50 milliards FCfa. Dans le détail, le prix de l’obligation est fixé à 10 mille Fcfa tandis que le nombre minimal d’obligation est fixé à 30. Dans les faits, l’amortissement linéaire fixé sur une période d’un an est arrêté au taux de 5,9%. Une avancée en rapport avec le taux de l’emprunt obligataire de l’emprunt du premier emprunt obligataire de 2010, dont le taux d’amortissement était fixé à 5,6%. Face aux investisseurs, le ministre des Finances explique cette hausse du taux d’intérêt par le fait que «le taux de rendement interne attendu par l’Etat est de nature à couvrir cette évolution.» Pour Alamine Ousmane Mey, ce taux d’intérêt est en phase avec le contexte du marché.

Le projet placé dans la perspective du développement économique du Cameroun à l’horizon 2035 prévoit un investissement de 23 milliards Fcfa pour le barrage de Memve’ele, 3 milliards pour la construction de la route Foumban-Tibati, 4 milliards pour la construction de la route Obala-Batchenga, 7 milliards pour la ring road Bamenda-Kumbo et 9 milliards pour le complexe industrialo-portuaire de Kribi. Pour le Minfi, «c’est des projets qui ont atteint une certaine maturité et qui sont inscrits au budget.» Le deuxième emprunt obligataire par appel public à l’épargne lancé par l’Etat du Cameroun s’effectue sous la houlette d’un syndicat de placement conduit par la Scb-Cameroun. «Chaque membre du syndicat de placement est responsable de l’appréciation des conditions et garanties financières des investisseurs qu’il fait souscrire.» Dans les faits, «l’emprunt sera remboursé par le débit du compte de l’Etat du Cameroun.» Un compte ouvert dans les livres de la Banques des Etats de l’Afrique centrale (Beac).

A la lecture des perspectives économiques présentées par le gouvernement, le produit intérieur brut (Pib) devrait connaître une courbe constante de 10 500 milliards à 12 830 milliards au cours des exercices allant de 2013 à 2017. Dans le même temps, les recettes non-pétrolières devraient partir de 10 131 à 12 397 milliards Fcfa en termes d’influence sur le Pib. Dans la même période, les prévisions gouvernementales envisagent une réduction des dépenses publiques entre l’exercice budgétaire 2013 à 2017. Au cours de l’exercice budgétaire 2014, le gouvernement entend percevoir 329 milliards Fcfa en termes de dons et d’emprunts.

camernews-barrage-hydroelectrique

camernews-barrage-hydroelectrique