Produits de grande consommation: Le marché est approvisionné

Riz, poisson, huiles végétales abondent dans les magasins. Pour les promoteurs, les stocks disponibles permettront de couvrir les six prochains mois.

A quelques semaines des fêtes de fin d’année, les établissements de vente de produits de grande consommation (riz, poisson, savon, tomates en boîte…) affichent des stocks pleins à craquer. Pour certains promoteurs, les quantités disponibles peuvent approvisionner le marché jusqu’à la mi-2016. Ils récoltent les lauriers d’une approche commerciale ayant consisté à emmagasiner des produits tout au long de l’année afin d’éviter toute spéculation une fois les périodes de grande consommation venues. Si la stratégie se déploie comme prévu, il ne devrait pas y avoir de flambée de prix due à l’indisponibilité des produits au mois de décembre.

Riz et farine

Dans les entrepôts des magasins Soacam et Olamcam à Yaoundé, des sacs de riz de 50 kg sont entassés à perte de vue. Il n’y a de place que pour les allées comme dans un labyrinthe. L’entreprise, à la fois importatrice et productrice, compte environ 150 000 tonnes de riz dans l’ensemble de ses magasins disséminées sur le territoire national. Elle possède ainsi la moitié de l’offre actuelle de riz au Cameroun, dont le chiffre tourne autour de 300 000 tonnes, d’après le directeur du Commerce intérieur. L’un de leur deux magasins de Yaoundé, d’une capacité de 60 000 sacs de riz, est le lieu de ravitaillement de nombreux grossistes venus de Yaoundé et d’Ebolowa. D’après Gilles Ngono, directeur des ventes, « les stocks de ce magasin peuvent supporter les quatre prochains mois ». En ce qui concerne la farine, la demande reste largement inférieure à l’offre. « Les prix vont encore chuter », indique Gilles Ngono.

Huiles végétales et de palme

Le secrétaire général de l’Association des raffineurs des oléagineux du Cameroun (Asroc), Jacquis Kemleu Tchabgou, a récemment rassuré de la disponibilité des huiles végétales sur le marché et encore plus en cette fin d’année. « La production actuelle est de l’ordre de 18 000 tonnes pour un marché de 12 000 tonnes », a-t-il affirmé. Au magasin Sodipalcam à Yaoundé, des stocks d’huile végétale Mayor conditionnés en bouteille comme en sachet tutoient le plafond. Quant à l’huile de palme, le Sg d l’Asroc a annoncé qu’« il n’y aura pas d’importation cette fin d’année. La disponibilité étant d’environ 22 000 t, les grossistes ont de quoi alimenter les ménages et les industries ».

Poisson

Les prix connaissent une légère baisse. 100 F en moins sur le prix du kg de maquereau comparé aux prix pratiqués à la même période en 2014. C’est que, les congélateurs sont pleins. Comme l’a affirmé le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, au cours de sa visite hier dans quelques magasins de la ville de Yaoundé : « Il faudrait maintenant jouer sur les prix pour que la consommation soit plus forte et aide à alléger les anciens stocks pour reconstituer de nouveaux. »