camernews-Kodengui

PRISON CENTRALE DE KONDENGUI : VOICI COMMENT LES DÉTENUS BOKO HARAM REÇOIVENT L’ARGENT

PRISON CENTRALE DE KONDENGUI : VOICI COMMENT LES DÉTENUS BOKO HARAM REÇOIVENT L’ARGENT

Onanena Bidias viré de ses fonctions Le chef de bureau de discipline des détenus (CBDD), a été relevé de ses fonctions par une décision du ministre de la Justice Grade des Sceaux, le 30 janvier dernier.

La nouvelle est tombée vendredi dernier comme un coup de massue sur la tête du très redoutable Onanena Bidias intendant principal en service à la prison centrale de Kondengui. Nommé à ce poste au mois d’avril 2010 en remplacement de l’intendant principal Minkoulo Jules, l’homme en 05 ans se serait bâti une fortune insolente derrière les pauvres détenus à qui il n’aurait rendu aucun service en dehors de dépouiller les pauvres détenus en échange des faveurs clandestines qui ne sont pas prévues par l’administration pénitentiaire.

Depuis belle lurette le journal L’Epervier dénonce sans réserve les tripatouillages et les manoeuvres scandaleuses de cet intendant chef de bureau de discipline des détenus à Kondengui qui avait perdu tout sens de l’honneur et du respect de la dignité humaine. Pour ce dernier notre travaille de dénonciation était sans effet. Le ministre d’Etat en charge de la justice garde des Sceaux, Laurent Esso a réunit les éléments pour mettre ce « bandit à col blanc »dos au mur à cause des sales besognes dont il passait pour maître. D’autres sources soutiennent que les poursuites judiciaires contre lui ne vont pas tarder compte tenu de la gravité des actes posés par cet homme qui a affiché une mine hypocrite vis-à-vis du régime en place alors qu’il n’était qu’un fanatique des prisonniers de luxe écroués à la prison centrale de Yaoundé Kondengui. Une nouvelle ère s’annonce pour les détenus de Kondengui ainsi que l’administration de ce pénitencier qui ont célébré de fort belle manière le débarquement de cet homme, dont les plaintes contre lui fusaient de toute part.

Que reproche-t-on au CBDD déchu de la prison centrale de Kondengui ?

Cette question vaut un mandat de détention préventive lorsqu’il faut considérer la campagne de dénigrement orchestrée par Onanena Bidias contre ses prédécesseurs quelques mois après son arrivée à la prison. On avait alors pensé à un ange qui venait délivrer les détenus dans leur situation carcérale que non. En effet, entre Pongmoni, Kamanda, Tiwa Jonas et Daniel Ndjeng, la prison centrale de Kondengui a toujours vécu les réalités que nul n’ignore animant ainsi la vie de ce pénitencier de haute sécurité. Mais quand arrive Bomotoliga Koalang âgée de 55 ans, et frère de l’intendant Onanena Bidias, l’homme était passé maître dans les transactions d’argent des gros montants avec les « éperviables ». Son bureau serait devenu une auberge, où les prisonniers de luxe recevaient nuitamment leurs copines sous les yeux impuissants des geôliers.

Une curieuse remarque de l’opinion nationale porte sur la présence de certains prisonniers condamnés à des fortes peines d’emprisonnement dans les rues de Yaoundé. L’opération épervier et le Tribunal Criminel Spécial sont les mesures spéciales prises par le président de la République, il est donc scandaleux de laisser en liberté pendant toute une journée un détenu même quand sa peine tire vers sa fin. Mais il est constant de voir ceux qui ont pillé les caisses de l’Etat en liberté grâce au régisseur de Kondengui qui préparerait déjà sa retraite. Dans ce registre, Foumena Georgette, Meli Chrispo, Nguema Ndo, Ela Roseline, Evina Sylvie, Minlo Rosette, Mballa Hélène… sont régulièrement aperçus dehors.

La goûte d’eau qui a fait déborder le vase

Onanena Bidias CBDD de la prison centrale de Kondengui soutenait-il Boko Haram ? La question trouve son argumentation lorsque dans la journée du 28 janvier 2015 nos sources bien introduites révèlent que le gardien chef de prison Ayissi a été interpellé en pleine transaction financière dans une microfinance à Yaoundé non loin de Mobil Kondengui. Il entrait en possession d’un montant de 04 millions FCFA destiné aux membres de la secte Boko Haram incarcérés dans cette maison d’arrêt. Selon les premiers éléments, Ayissi a déclaré que c’est le CBDD qui l’aurait commissionné et qu’il n’était qu’un exécutant aux ordres de son patron.

Ce qui démontre à suffire que cet intendant principal était un élément très dangereux pour le régime en place. Dans son actif, l’homme vient d’achever un immeuble de 03 niveaux au quartier Awaé escalier, 04 maisons au quartier éleveur, des taxis, des plantations capitalistes à Bafia. Il serait membre d’une tontine de 200.000 FCFA par semaine. Il y aurait de fortes chances qu’il finisse le restant de ses jours dans le même pénitencier comme détenu. Croisons les doigts.

 

camernews-Kodengui

camernews-Kodengui