camernews-maurice-kamto-lej

Présidentielle 2018/Maurice Kamto: «Nous irons aux élections… quel que soit le temps»

Présidentielle 2018/Maurice Kamto: «Nous irons aux élections… quel que soit le temps»

Le leader du MRC annonce son intention de se présenter pour la prochaine élection présidentielle.

Rien ne semble pouvoir freiner les ambitions de Maurice Kamto de se porter candidat pour la prochaine élection présidentielle. Ni la jeunesse de son parti, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (créé en août 2012), ni les appels lancés en direction de Paul Biya, l’invitant à se présenter une nouvelle fois, encore moins l’idée d’une présidentielle anticipée, émise par une partie de l’élite du Nord-ouest, acquise à la cause de l’actuel chef de l’Etat.

Le Leader de l’une des jeunes formations politiques du Cameroun veut se présenter à l’élection. Il l’a dit ce 4 février 2016 à Douala : « Nous irons aux élections, quel que soit l’endroit, quel que soit le lieu et quel que soit le temps », a déclaré l’ancien ministre délégué auprès du ministre de la Justice.

Le Jour du 5 février qui traite du sujet, indique que le président du MRC procédait à Bonabéri, au lancement d’une campagne nationale pour la signature d’une pétition «adressée à tous les Camerounais, sans considération des chapelles politiques, épris de paix et de justice ; à toutes celles et tous ceux qui veulent que la désignation des dirigeants de notre pays passe par des élections libres, transparentes, sans achat des consciences, sans bourrage des urnes, débarrassées de fraudes, afin que seule triomphe la volonté du peuple ».

A en croire l’enseignant d’universités, «l’objectif est de recueillir le plus grand nombre possible de signatures de nos compatriotes, afin de montrer aux institutions qui dirigent le pays, que la demande de révision des textes électoraux est bien, à l’heure actuelle, l’aspiration politique majeure du peuple camerounais, qui ne veut pas de crise, ni encore moins de conflit liés aux élections. Car, il a vu où un tel conflit a conduit dans d’autres pays».

 

camernews-maurice-kamto-lej

camernews-maurice-kamto-lej