Présidentielle 2018: Le SDF exige pour une énième fois le retrait des bureaux de vote logés dans les casernes

Le parti politique de Ni John Fru Ndi a adressé une correspondance dans ce sens au Directeur général d’Elections cameroon (ELECAM).

Le Social democratic front (SDF) réaffirme sa position par rapport aux bureaux de vote logés dans les casernes. L’élection présidentielle du 7 octobre 2018 approchant, le SDF monte une énième fois au créneau pour dénoncer ce fait. Le parti politique de la balance, estime qu’ELECAM en permettant que les choses se passent de la sorte, viole l’article 96 (4) du Code électoral. Ledit article stipule que «tout bureau de vote doit se situer dans un lieu public ou ouvert au public».

Il faut préciser que la correspondance du SDF adressée à ELECAM date de mai 2018. Et le quotidien Mutations du 30 juillet 2018 souligne que toutefois «Elections cameroon qui n’a jamais accusé réception de la correspondance du SDF, a publié la liste des centres de vote en vue de la Présidentielle du 7 octobre prochain le 16 juillet dernier». En parcourant ladite liste notre confrère note que l’institution en charge de l’organisation des élections au Cameroun, n’a pas du tout pris en considération les réclamations du SDF.

«A Yaoundé en particulier, il y aura des bureaux de vote au Commissariat central N°1, dans les états-majors des sapeurs-pompiers, de la marine nationale, de l’armée de terre, et surtout à l’état-major de la Présidence de la République», rapporte Mutations. Les assises du Comité exécutif national du parti politique de Ni John Fru Ndi ont été l’occasion pour condamner une énième fois cette disposition prise par ELECAM. Pour rappel ces assises ont eu lieu le 28 juillet 2018 à Bamenda dans la Région du Nord-Ouest. Le SDF souhaite que ces bureaux de vote à l’instar de ceux de la capitale soient jugés illégaux.