Présidentielle 2018: candidatures déjà déposées

À 24h de la clôture de candidatures à Elections Cameroon (Elecam), le registre marque 11 dossiers  jusqu’à 20h, ce 18 juillet 2018.

Valentin Egono de l’Union camerounaise pour la démocratie et l’innovation (UCDI) vient de porter à 11, les dossiers de candidatures à Elecam. Mais avant,  Chantal Roger Tuilé du parti « Debout le Cameroun » l’a précédé dans cet exercice. La commission de réception des dossiers veille  jusqu’à ce jeudi 19 juillet à minuit, délai de rigueur,  pour accueillir de nouvelles candidatures.

Liste de candidatures déjà reçues

– Paul Biya du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) et parti au pouvoir.
– Boboro Kekomo, candidat indépendant du Mouvement des travailleurs du Cameroun (MTC).
– Bertin Kissob de Cameroon Party for Social Justice
– Pr. Maurice Kamto du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC)
– Isaac Feuzeu-Movement for the Emergence and Re-awakening of Citizens (MERCI)
– Barister Akere Muna du Front populaire pour le développement (FPD)
– Garga Haman Adji de l’Alliance pour la démocratie et le développement (ADD)
– Adamou Ndam Njoya de l’Union démocratique du Cameroun (UDC).
-Kum Ane Ihims-Bilingual Yaounde Political Party.
– Chantal Roger Tuilé de Debout le Cameroun.
– Valentin Egono de l’Union camerounaise pour la démocratie et l’innovation (Ucdi).

Au niveau de l’antenne Elecam, région du Littoral, la candidature du Social democratic front (SDH) de Joshua Osih complète cette liste. Par ailleurs, Cabral Libi investi par le parti Univers devra déposer sa candidature ce jeudi à Yaoundé. En effet, celui qu’on surnomme « Le Macron camerounais » s’est acquitté du cautionnement de 30 millions de Fcfa ce mercredi à Douala.

Réaction de Valentin Egone, UCDI

« Ma candidature, je la place sous le signe de la paix, de la prospérité, de l’éducation de la jeunesse. D’ailleurs, les problèmes qui se passent à Bamenda et Buea me touchent profondément. Je voudrais que l’école reprenne de ces côtés. Il faut que l’école reprenne absolument. Ma candidature, c’est pour l’éducation de la jeunesse. En plus, mon engagement, c’est aussi pour la femme. Donc, si je suis président de la République, une femme sera présidente de l’Assemblée nationale. »