Premiers contacts « encourageants » pour le Comité national de désarmement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, selon Paul Biya

 A l’occasion de la cérémonie de triomphe de la 36ème promotion de l’Ecole militaire interarmées (Emia), le 18 janvier à Yaoundé, Paul Biya, le chef de l’Etat, a donné des nouvelles du récent Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration. C’est l’une des structures mises en place dans le cadre de la résolution de la crise sécuritaire qui sévit depuis octobre 2016 dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

Paul Biya a déclaré à cet effet : « le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration que je viens de créer, est déjà à pied d’œuvre. Les premiers contacts sur le terrain sont encourageants. Je réitère mon appel à nos jeunes qui se sont laissés entraîner dans une voie sans issue, à saisir cette opportunité de revenir dans le droit chemin, de reconstruire leurs vies et de participer, aux côtés de leurs autres frères et sœurs, à l’édification de notre pays ».

Selon le président de la République, la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest est et demeure au centre de ses préoccupations. Cela d’autant plus que des groupes armés, s’appuyant sur un projet sécessionniste, y ont ces derniers mois, répandu la mort et la désolation, tuant, mutilant, incendiant et détruisant de précieuses infrastructures. M. Biya a indiqué que, depuis le début de cette crise, il n’a cessé de rechercher les voies et moyens d’une résolution pacifique de celle-ci.

« Quant aux criminels qui persisteront à rester sur la voie de la violence, ils savent ce qui les attend. Les forces de défense et de sécurité continueront à faire leur devoir, avec fermeté, détermination et professionnalisme.», a martelé le chef de l’Etat.

Paul Biya a décidé, en 2018, d’allouer un budget estimé à 12,7 milliards FCFA au bénéfice de 74 994 personnes dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, sur la période 2018-2019. Cette enveloppe financière est également destinée aux réfugiés camerounais au Nigeria estimés par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, à 21 291.

S.A