Pour un conflit foncier, un médecin se fait bastonner par la «milice» d’un collaborateur de Biya et du Minsanté

Le Dr Kwankeu Tatnke Richard, médecin de formation et promoteur de la clinique «La Carrière», vient d’être bastonné et menacé de mort par les gros bras d’Essomba et du ministre André Mama Fouda.

Le Dr Kwankeu Tatnke Richard, vit les pires moments de sa vie. En effet, depuis plusieurs années, des hauts fonctionnaires du pays, notamment, Essomba, intendant à la présidence de la République,-proche collaborateur du président Biya-, et André Mama Fouda, ministre camerounais de la Santé publique (Minsanté), se sont mis en tête d’installer leur clinique R+2,-en défiance à la loi en vigueur dans le pays, qui interdit de construire à moins de 300 mètres, une infrastructure sanitaire près d’une autre-, collée à celle du Dr Kwankeu, au quartierEmombo auberge Rechercher Emombo auberge (Yaoundé).

«La dalle construite sans respect des limites des fonds respectifs, sur toute la longueur de mon immeuble, et tous les travaux engagés par les hauts fonctionnaires, ont transformé en gravats, et en décharge, ma véranda. Au départ ils ont menacé de me faire taire. Et, je constate qu’ils mettent leurs menaces à exécution. Lundi, et mardi, c’est grâce aux habitants du quartier que j’ai eu la vie sauve, j’ai été copieusement bastonné. Ils font des tours ici, armés de machettes et de gourdins. Même mon personnel ne se sent plus à l’aise», explique aux médias, Kwankeu Richard pendant la conférence de presse.

Le médecin a tenté de trouver un arrangement, « j’ai essayé de leur faire comprendre la nécessité de respecter la carte sanitaire de notre pays, qui exige une distance de 300 mètres entre deux cliniques. Tout ce que je reçois comme réponse c’est, «tu vas faire quoi ? Tu es un pauvre type ? Nous sommes autochtones de Yaoundé». Nous avons le pouvoir et l’argent », explique Kwankeu.

L’ordre national des médecins du Cameroun (Onmc), est informé de cette concurrence déloyale. L’institution n’a pas encore réagi. Sous anonymat, les infirmières de «La carrière », pensent que l’Onmc, n’a aucun pouvoir face au Minsanté et au «puissant », Essomba de la présidence de la République, « le médecin-chef de district de santé de Nkoldongo, saisi depuis plusieurs mois, refuse de donner suite à ce dossier, elle dit qu’elle a reçu des instructions de sa hiérarchie, le Minsanté pour ne pas traiter de cette affaire. Elle a même demandé au Dr Kwankeu de laisser tomber cette affaire. On est dans un pays de droit. On a vu ça où ?», s’interroge une infirmière ayant requis l’anonymat.

Les promoteurs de la structure concurrente ont lancé la campagne de promotion et de recrutement sur les ondes des médias publics, invitant les « chercheurs d’emploi à passer déposer les dossiers de recrutement au secrétariat de ladite clinique », alors qu’une procédure judiciaire est en cours.

Ayant contacté le secrétariat particulier du Minsanté, le téléphone a été coupé, dès que nous avons présenté l’objet de notre échange. Les appels suivants allaient désespérément au répondeur.