camernews-tombi-a-roko

Pour Tombi à Roko, Abdouraman Hamadou n’est «qu’un passant qui s’intéresse à une histoire qui ne le concerne pas»

Pour Tombi à Roko, Abdouraman Hamadou n’est «qu’un passant qui s’intéresse à une histoire qui ne le concerne pas»

Le président contesté de la Fédération Camerounaise de Football était l’invité spécial du journal de 20h 30 sur la CRTV-TELE

Tombi A Roko conteste la légitimité d’Abdouraman Hamadou et cie. Le dirigeant imposé à la tête de la Fédération Camerounaise de Football par le Ministre des Sports et de l’Éducation physique, en dépit d’une décision de justice qui invalide son élection, s’en est pris à son principal opposant dans la soirée du lundi 25 juillet 2016. Il estime que ses compagnons et lui n’ont pas qualité pour contester sa légitimité.

L’invité spécial du journal a été interrogé sur les préparatifs de la CAN féminine prévue cette année au Cameroun. Il n’a pas pu éviter l’incontournable question sur sa légitimité contestée notamment par Abdouraman Hamadou, le chef de file d’un groupe constitué de  Joseph Antoine Bell et Loga.

Lorsque l’on lui demande où il en est avec cette affaire qui l’oppose devant le Tribunal Arbitral du Sport à certains acteurs du football camerounais, il a cette réponse: «écoutez,  je dirais plutôt que certains anciens acteurs. Je crois que ce serait trop facile de dire qu’un passant qui s’intéresse à une histoire qui en fait ne le concerne pas, qu’on parle d’acteur. Je dis ceux qui s’agitent aujourd’hui pour la plupart ne sont plus des acteurs du football.

Un acteur du football est celui qui est détenteur d’une licence au moment où on aborde la question. Il faut avoir une licence de dirigeant ou alors une licence d’entraîneur ou une licence de joueur. Pour l’instant, la plupart de ceux qui s’agitent et qui vont au TAS ne sont plus des acteurs du football et c’est pour ça que c’est une histoire qui laisse notre température à 37 parce que, pour nous, nous avançons.

Nous allons faire le travail qui est le nôtre. Le Cameroun ne va pas s’arrêter parce qu’il y a quelques individus qui ont échoué aux élections et qui pensent que le Cameroun va s’arrêter parce qu’ils n’ont pas pu se faire élire».

La réaction du camp d’en face est attendue. L’on pourrait voir Abdouraman et cie réitérer que Tombi n’est pas reconnu par le TAS. Que la justice camerounaise lui conteste le droit d’accéder aux comptes bancaires domiciliés dans les comptes des banques Uba et Ecobank par exemple.

camernews-tombi-a-roko

camernews-tombi-a-roko