Video source missing

Portrait:Les grands acteurs de la réunification:Ahmadou Ahidjo

Portrait:Les grands acteurs de la réunification:Ahmadou Ahidjo

Ahmadou Ahidjo est né le 24 août 1924 à Garoua.Issu d’une famille peuhle, il est élevé à la religion musulmane.Il est reçu au C.E.P.E. en 1939.Diplômé de l’Ecole Primaire Supérieure de Yaoundé en 1942, il est intégré comme fonctionnaire télégraphiste au cours de la même année, puis opérateur de P.T.T.En 1943, il est élu membre de l’Assemblée Territoriale du Cameroun (ATCAM). En 1952, il devient Conseiller de l’Assemblée de l’Union française, et Vice-Président de celle-ci en 1956. Vice-Premier Ministre chargé de l’Intérieur après l’octroi de l’autonomie interne au Cameroun (février 1957), puis Ministre de l’Intérieur (17 mai 1957).

Le 18 février 1958, il est investi comme nouveau Premier Ministre du Cameroun, en remplacement d’André Marie MBIDA. Il est élu en mai 1960 Président de la République du Cameroun.

Il est l’artisan de la Réunification du Cameroun en 1961.

Pour mémoire,du 17 au 21 juillet 1961, les Camerounais anglophones et francophones se sont retrouvés à Foumban, à l’initiative d’Ahmadou Ahidjo,alors Président du Cameroun oriental. Il était venu dans le Noun avec son projet de Constitution, taillé selon sa volonté et préalablement remis à John Ngu Foncha. Après les travaux, le document sera adopté par les deux parties et l’accord de la réunification signé. Il sera mis en œuvre le 1er octobre 1961.

En 1966, Ahmadou Ahidjo institue le parti unique. En 1972, la République Fédérale du Cameroun devient la République Unie du Cameroun. Le Jeudi 4 novembre 1982, Ahmadou Ahidjo démissionne de ses fonctions de Président de la République Unie du Cameroun. Il est remplacé, le 6 novembre 1982 par Paul BIYA.

Ahmadou Ahidjo décède le 30 novembre 1989 à Dakar au Sénégal.

Afin de ne pas oublier qui que ce soit comme acteur ou artisan de la réunification du cameroun, nous vous présentons la liste des délégations qui étaient présentes à Foumban du 17 au 21 juillet 1958.

La délégation du Cameroun oriental était conduite par Ahmadou Ahidjo, Président de la République.
Il était accompagné de Charles Assale, Premier ministre du Cameroun occidental, Charles Okala, ministre des Affaires étrangères du Cameroun occidental, Josue Tetang, secrétaire d’Etat l’Information, Christian Tobie Kuoh, secrétaire général de la Présidence, Jean Bétayéné, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, le Malien, Cheick Sekou Sissoko, chef du secrétariat particulier du Président. Ils retrouveront Njoya Arouna, ministre de l’intérieur, venu superviser les préparatifs.

Quid la partie anglophone ?

La partie anglophone quant à elle était constituée de John Ngu Foncha, qui deviendra à la fin vice-président, Emmanuel L. Endeley, Salomon Tandeng Muna, plus tard président de l’Assemblée nationale du Cameroun, Augustine Ngom Jua, Nerius Namaso Mbile, John Bokwe, Bernard Fonlon…. En tout, 10 membres du Kamerun National Democratic Party (Kndp), 5 du Cameroon People’s National Convention (Cnpc), 2 du One Kamerun et des chefs traditionnels charismatiques.

L’autre grand artisan pour la réussite de cette concertation fut en n’en point douter, le sultan Njimolu Seidou, neveu de Njoya Arouna.

Selon Xavier Luc Deutchoua dans le quotidien Mutations du 30 septembre 2005,à Foumba, quelques vieillards gardent en mémoire l’image de ces délégués anglophones marmonant l’hymne national à la clôture de la conférence, Bernard Fonlon étant le seul à en maitriser la version française, et personne n’ayant pris la peine d’en faire la traduction en anglais.

Le Cours complémentaire de Njinka est devenu le lycée de Foumban.

Maison Conference de Foumban de 1961:Camer.be

Bâtiment de la réunification à Foumban © honorefeukouo.blogspot.be/

Dans l’enceinte de l’établissement, deux imposantes bâtisses gardent jalousement le secret des délibérations. A 50 m de ces lieux, Njoya Arouna a été inhumé. De sa tombe l’ancien ministre de l’Intérieur veille sur le salon principal de sa résidence où, dit-on, furent paraphés les accords de Foumban.

camernews-Ahmadou-Ahidjo

camernews-Ahmadou-Ahidjo