Port de Douala: Le groupe Bolloré fait suspendre le processus de désignation d’un concessionnaire du terminal à conteneurs

La décision du tribunal administratif de Douala est tombée le 16 août 2019.

La présidente du tribunal administratif de Douala, la juge Dorcas Mukwade Ngando, a ordonné le 16 août 2019, la suspension du processus de désignation d’un nouveau concessionnaire du Terminal à conteneurs (TAC) au Port Autonome de Douala (PAD).

La juridiction a statué en urgence suite à une requête introduite par le groupe français Bolloré et l’entreprise danoise APM Terminals, renseigne l’hebdomadaire Kalara paru le 26 août 2019.

Exclu de la course à désignation d’un nouveau concessionnaire du TAC au PAD, le consortium APM Terminals & Bolloré, actuel opérateur de cette plateforme, via la société Douala International Terminal (DIT), avait saisi la justice. Le plaignant estimait que son éviction était frauduleuse.

Kalara analyse que la décision du tribunal administratif accentue un peu plus, la pression sur le directeur général du Port, Cyrus Ngo’o«En effet, la décision rendue par la présidente du tribunal administratif de Douala laisse penser qu’elle est sensible aux arguments déployés par le consortium Bolloré & APM Terminals», écrit notre confrère.

Pourtant, Raoul Simplice Minlo, le chef de la cellule de communication du PAD, a indiqué au journal que «cette décision, avant l’examen au fond du dossier par le tribunal administratif, ne pourra pas empêcher la poursuite du processus d’attribution de la concession du TAC du Port de Douala-Bonabéri en cours. Le PAD entend introduire une déclaration de pourvoi conformément à la loi du 29 décembre 2006 fixant l’organisation et le fonctionnement de la Cour Suprême».

Dans la même veine, le Secrétaire Général de la Présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, avait saisi le DG du Port le 31 juillet 2019, lui transmettant les instructions du Chef de l’Etat qui demandait l’accélération du processus de désignation d’une nouvelle entreprise chargée de la gestion du TAC.

Le SG/PR demandait également à Cyrus Ngo’o de continuer à exiger de l’actuel opérateur (DIT), le paiement de 24 milliards de FCFA dus, au titre de pénalités de stationnement évaluées en 2016 et le montant collecté par DIT dans le même registre entre 2016 et 2019.

En rappel, le port de Douala a lancé en 2018, l’appel public international à manifestation d’intérêt pour le renouvellement de la concession de la plateforme portuaire dès la fin du mandat de Bolloré-APM Terminals, le 31 décembre 2019.

Le 9 janvier 2019, le directeur général du PAD, Cyrus Ngo’o, a publié la liste des cinq entreprises retenues pour la suite de la procédure. Il s’agit de CMA Terminals (France); Dubaï Port World (Emirats Arabes Unis); Hutchison Port Investments Ltd (Iles Caïmans); Red Sea Gateway Terminal (Arabie Saoudite); Terminal Investment Ltd (Suisse).

Bolloré & APM Terminals, qui avait postulé, n’a pas été retenu et le consortium a aussitôt saisi la justice.