camernews-Etoundi-Oyono

Port de Douala – Etoundi Oyono: «Le dragage du chenal va reprendre»

Port de Douala – Etoundi Oyono: «Le dragage du chenal va reprendre»

Les explications du Directeur Général du PAD

Le dragage du chenal a été privatisé. En 2009 il était question de draguer le chenal à moins 8 moyennant paiement de 11 milliards Fcfa. Au bout d’un an, deux, trois, quatre ans, on n’a jamais atteint la côte de moins 8. Bien plus, plus de 30 milliards Fcfa dégagés. Cette situation a perduré parce qu’il fallait régler le problème du solde restant à la société prestataire du dragage. Le président de la République a donné des instructions pour que le Pad acquiert des outils de la drague et les équipements nécessaires. C’est pour cela que nous sommes à même d’annoncer que le dragage va reprendre. L’arrivée de la drague est imminente. Concernant la drague des pieds de quai, nous allons résilier le marché de gré à gré du dépannage de cette drague confié au Chantier naval et industriel du Cameroun. Nous allons louer une nouvelle autre, passer un autre marché et au besoin de gré à gré avec l’accord du ministère des marchés public. Le Pad a aussi des problèmes. Notamment les importations de la République centrafricaine en pleine déliquescence en ce moment, sont bloquées au port. Cette situation aggrave l’état d’un port appelé à être fluidifié. Douala est un port colonial dont la capacité de traitement est de 10 millions de tonnes.il faut qu’on anticipe en étendant les terre-pleins, les quais, les entreposages car il y a beaucoup de marchandises pour peu d’espace. Il faut revoir les procédures, les délais de passage et accélérer l’extension.

Neville Bissett: Directeur général Dit: «Le portique numéro deux n’est pas en panne»

La facturation, en import comme en export, fixée à un seul endroit traduit l’idée de dématérialiser les opérations pour éviter les engorgements. Il est désormais possible de payer par le canal d’e-mail, par virement automatique. Nous n’avons pas de problèmes de panne du portique. Il s’agit d’un arrêt technique prévu qui nécessite un investissement important pour assurer le futur. Les travaux de maintenance sont assurés par des experts venus de l’étranger qui ont sollicité la période de décembre pour le portique numéro un et février-mars pour le portique numéro deux. En ce qui concerne l’acquisition des grues mobiles, nous poursuivons nos recherches à l’effet de réduire les effets de la mise en arrêt du deuxième portique. De même, nous allons accorder des moratoires sur les frais d’enlèvement des conteneurs au cours de la période de maintenance, réduire la période de maintenance et rechercher d’autres mesures d’accompagnement susceptibles de pallier l’indisponibilité du portique deux. Dans le même temps, nous faisons face à de nombreux problèmes aussi. La saturation du parc, le fameux problème du dragage du chenal qui ne permet pas aux grands navires d’accoster.

camernews-Etoundi-Oyono

camernews-Etoundi-Oyono