camernews-Paul-BIYA-et-Cumulards

Paul Biya plébiscite les Cumulards pour Gouverner

Paul Biya plébiscite les Cumulards pour Gouverner

Propices aux conseils d’administration des sociétés publiques, les mois de juin et juillet révèlent l’étendue du nombre de personnalités proches du chef de l’état cumulant plusieurs mandats.

Si la qualité de président du conseil d’administration (PCA) relève pour certains responsables d’une continuité de tutelle ministérielle – à l’instar du ministre des sports qui préside l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS), une majorité de dirigeants siègent à la tête de sociétés publiques sans lien avec leur fonction. Cette pratique, prohibée par une loi du 22 décembre 1999, permet toutefois à Paul Biya de garder un œil attentif sur les structures stratégiques.

Au palais d’Etoudi. Logiquement, ces « cumulards » se concentrent au palais d’Etoudi, à l’image du directeur adjoint du cabinet civil du chef de l’Etat, Joseph Le, qui préside par ailleurs la Sopecam. De son côté, le ministre chargé de mission à la présidence, Victor Mengot, dirige l’Electricity Development Corp. (EDC).

Le secrétaire général, Ferdinand Ngoh Ngoh, est à la tête de la SNH. Toujours au sommet de l’Etat, Louis-Paul Motaze, secrétaire général des services du premier ministre, est parallèlement le PCA du port de Kribi. Le grand chancelier des Ordres nationaux et ex-premier ministre, Peter Mafany Musonge, occupe actuellement un poste de sénateur. Parmi les cas atypiques figure en outre Magloire Séraphin Fouda. Celui-ci officie comme PCA dans trois structures distinctes : le Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine (CHRACERH), la société ENEO et la Mirap. Très fort.

Ministres aux affaires.

Ces pratiques sont reproduites au sein de l’exécutif gouvernemental. Jacques Fame Ndongo préside le CHU de Yaoundé, une fonction très éloignée de son poste de ministre de l’enseignement supérieur. Le Fonds routier échappe au ministre des infrastructures : il est dirigé par le ministre délégué au budget, Pierre Titti. Le ministre du commerce, Luc Magloire Mbarga, préside la Société de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH), tandis que René Emmanuel Sadi, détenteur du portefeuille de l’administration territoriale, est à la tête du Feicom, dédié au financement des communes. La palme d’or revient à Jean-Baptiste Bokam, secrétaire d’Etat à la défense, qui dirige depuis plusieurs années la banque Bicec.

 

camernews-Paul-BIYA-et-Cumulards

camernews-Paul-BIYA-et-Cumulards