camernews-henri

Opinion: Henri Engoulou, mort pour avoir rejeté le griotisme politique

Opinion: Henri Engoulou, mort pour avoir rejeté le griotisme politique

M. Henri Engoulou, connu comme ayant été un homme sans histoire et un serviteur très discret de l’Etat, est mort dans l’injustice, l’indifférence totale et l’humiliation pour avoir refusé avant les présidentielles de 2011 de signer une nième motion de soutien demandant à Paul Biya de s’éterniser au pouvoir. Selon nos sources, suite à un nième meeting politique qui s’était tenu à Monatélé, M. Engoulou avait violemment été rappelé en vain dans la salle pour signer la traditionnelle « motion de déférence » adressée au Président national du RDPC – Vous pourrez vérifier l’information en consultant la liste des signataires de la fameuse motion dans la presse de l’époque. L’histoire devra retenir que M. Engoulou s’était exclamé en langue éton : «Ye mot memok ? [On signe toujours pour la même personne ?] ». Cela avait été perçu comme une « profanation » intolérable de Monatélé, ville mythique/mystique du pouvoir de Paul Biya (d’où il lance souvent sa campagne électorale). M. Engoulou en avait été prévenu, mais il avait préféré resté digne et mourir pour ses convictions républicaines : « pas toujours la même personne ». Aujourd’hui, c’est fait. Il en est mort. M. Engoulou est mort mais, les faits doivent être restitués. Il fait partie de ces militants du RDPC qui se sont opposés à l’éternisation de Paul Biya au pouvoir. Comme aux autres, on lui a fait payer. Il a été inculpé en prélude à la recherche des preuves contre lui dans un dossier farfelu d’honoraires d’avocat non déterminés qui pouvaient difficilement relevés des compétences du secrétaire général du ministère des finances et plus tard, du ministre délégué qu’il était à l’époque des faits. Il a subi quatre ans de détention sans jugement. Voilà qu’il décède des suites d’une maladie contractée dont la prise en charge a été d’une négligence coupable. Ainsi, un homme discret (d’ailleurs, la presse a eu de la peine à trouver ses photos pour l’illustrer), modeste, digne et respectueux malgré les humiliations, ne peut pas être accompagné à sa dernière demeure sans entrer dans la mémoire collective des Camerounais. Nous devons nous battre comme lui pour la liberté du citoyen en action, la liberté d’opinion, la liberté de dire «non » sans devoir en payer par sa vie. Nous devons nous battre comme lui pour améliorer l’ouverture de l’espace public où chacun peut exister et fonctionner dans le respect des règles de droit. Nous devons nous battre pour l’amélioration de notre système judiciaire. Nous ne cesserons de dire que dans un Etat de droit, tout le monde a droit à un jugement. M. Engoulou avait droit à un jugement mais, il n’en a pas eu. Ses adversaires politiques ont préféré l’humilier, l’achever en prison afin qu’on retienne de lui qu’il est mort en prison. Quelle humiliation ? Dans le dossier de M. Engoulou, la justice Camerounaise a appliqué la présomption de culpabilité en lieu et place de la présomption d’innocence le plus souvent admise. Après sa mort, nul ne pourra témoigner de sa probité morale. D’ailleurs, il a servi le système, dira-t-on. Mais, n’y a-t-il que des méchants dans le système ? Pour ceux qui ont connu M. Engoulou, sa mort soudaine laisse un goût amer : « ni jugé, ni condamné, ni innocenté et encore moins réhabilité » ! M. Engoulou a combattu le bon combat pour la reconstruction de notre République. Il a l’avantage d’avoir été une fois au front. Il n’avait pas la prétention d’être un être parfait. On retiendra de lui que nos combattants devraient continuer de rejeter le griotisme et la compromission (même si on est de monatélé), ces deux valeurs qui manquent à nos hommes politiques aujourd’hui. La mort de M. Engoulou ne devrait pas être un motif de découragement car, si des joueurs refusent d’entrer au stade parce qu’ils ont peur d’être taclés, alors c’est qu’ils n’étaient pas des joueurs professionnels. Les fautes non sanctionnées par l’arbitre font partie du jeu. 

 

camernews-henri

camernews-henri