Épervier d'Europe Accipiter nisus Eurasian Sparrowhawk

Opération Epervier : Une troisième affaire Nguini Effa

Accusé de détournement en coaction de 70 millions FCfa, le procès de l’ancien directeur général de la Scdp s’est ouvert hier au Tribunal criminel spécial.

La première audience de cette nouvelle affaire Nguini Effa a eu lieu hier, 21 janvier au Tribunal criminel spécial. L’absence de l’avocat de l’accusé dans la salle a entrainé le report des débats au 12 février prochain, car en matière pénale, comme c’est le cas, l’accusé doit obligatoirement se faire assister d’un avocat. La collégialité que préside Mme Eloundou a été contrainte de renvoyer l’affaire après avoir attendue cinq minutes environ.

Lorsque Me Fouda, le conseil de Nguini Effa a refait son apparition, il était un peu tard. Une situation qui a embarrassé l’ancien directeur général de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp). « Nous sommes pourtant prêts depuis. On va perdre trois semaines encore pour rien », fulmine Nguini Effa.

C’est la troisième procédure judiciaire engagée contre Jean Baptiste Nguini Effa depuis 2008. Dans cette autre affaire, l’ancien Dg de la Scdp est accusé d’un détournement en coaction de 70 millions FCfa. Cette somme représente le montant des prestations effectuées par la société Ikram, un partenaire de la Scdp spécialisé dans la fourniture des wagons citernes pour le transport de carburant. En effet, lorsqu’Ikram réclame ce paiement en 2011, Nguini Effa n’est plus directeur général de la Scdp depuis près de six ans.

Une enquête interne ordonnée par le successeur de Nguini Effa à la Scdp a établi que sur la base des factures d’Ikram, cet argent a plutôt été émis à l’ordre de la société Cot. Il s’avère alors que la société Ikram se dénommait précédemment Cot. Toutes ayant eu pour directeur général Souleymanou Maigari, qui indiquait pour chaque paiement à quel compte il fallait virer l’argent.

Pertinence

Devant le juge d’instruction Jérôme Kouabou, Nguini Effa a soutenu que les « factures payées ne sont pas fictives, que les paiements ont été faits à qui de droit, qu’il n y a pas eu double paiement et que la Scdp n’a subi aucun préjudice financier, les causes de dysfonctionnement éventuels devant être recherchées au sein de Ikram ».

Depuis l’ouverture de l’information judiciaire, le Souleymanou en question est porté disparu. Dans son ordonnance de renvoi, le juge d’instruction a estimé que les arguments avancés par Nguini Effa « manque de pertinence dans la mesure où le prestataire n’a jamais été payé et réclame à juste titre des montants des factures y relatives qui lui sont toujours dus par la Scdp ».

Nguini Effa devra alors prouver son innocence devant le juge de jugement du Tcs. Il y a quelque mois il y était déjà parvenu dans une précédente affaire. Accusé de détournement de 226 millions, Nguini Effa avait réussi à se faire acquitter par le Tcs pour « faits non établis ». Il est toutefois resté en prison car, il purge 30 d’emprisonnement ferme préalablement infligés par la Cour d’appel du Littoral dans une première affaire de détournement de deniers publics. Celle-ci est actuellement pendante devant la Cour suprême où l’ancien Dg a déposé un pourvoi en cassation.

Épervier d'Europe Accipiter nisus Eurasian Sparrowhawk

Épervier d’Europe Accipiter nisus Eurasian Sparrowhawk