Épervier d'Europe Accipiter nisus Eurasian Sparrowhawk

Opération épervier : Sani Tanimou dans de sales draps

Rattrapé par ses frasques à l’Agence de Régulation des Télécommunications (Art), Mohaman Sani Tanimou, est dans de sales draps.

Le contrôle supérieur de l’Etat, véritable gendarme de la gestion des fonds publics au Cameroun, aux trousses des gestionnaires indélicats, et dont une très large majorité a déjà) été expédiée aux geôles de la République. Ainsi, ministres, directeurs généraux des sociétés d’Etat et hauts cadres de l’administration camerounaise, sont suivis au quotidien par les enquêteurs du Consupe pour justifier leur gestion de la chose publique, quel que soit le temps mis pour ouvrir un dossier, aucun gestionnaire des biens publics, même à la retraite, n’est à l’abri des commandos du Consupe qui sillonnent le pays, pour traquer tous ceux qui confondent la fortune publique avec leur économies personnelles.

L’actuel directeur général d’Elecam, est lui aussi dans la ligne de mire des enquêteurs du Consupe. Le contrôle supérieur de l’Etat veut voir clair sur sa prestation comme président du conseil d’administration de l’Agence de Régulation des Télécommunications(Art) de 2008 à 2009.

Des sources généralement crédibles, affirment que l’homme qui préside aujourd’hui aux destinées d’Elecam, serait octroyé des avantages indus lors de son passage à l’Art.
Il n’est un secret pour personne que depuis la suspension du processus d’attribution du marché de construction de l’immeuble siège de l’Art, cette structure est dans le viseur de l’Art, qui y a déjà séjourné pour voir clair dans la gestion de l’appel d’offres international ouvert n° 013/AOIO/ART du 11 octobre 2011, qu’on dit avoir été entaché de corruption.

L’occasion faisant le larron, les enquêteurs du Consupe seraient tombés sur les comptes de l’entreprise pendant la période 2008-2009 et particulièrement sur le dossier des émoluments du Pca à l’époque, qui avait succédé à Robert Mbella Mbappé.

De l’avis des enquêteurs, lesdits émoluments, dépassent les limites du permis et il y’a lieu d’y voir plus clair. Moham Sani Tanimou, originaire du département du Djerem dans la région de l’Adamaoua, né en octobre 1956 à Ebolowa dans la région du Sud, devrait assurément, en cette année 2014, affronter les enquêteurs du Consupe.

Qui vont, ce qui est évident, l’envoyer voir la tête du procureur du Tcs, qui vont décider de son avenir.  Les temps difficiles s’annoncent donc pour le directeur général d’Elecam, qui était encore il y’a quelques jours, en train d’admirer les lauriers récoltés après l’organisation des sénatoriales et le double scrutin des législatives et des municipales.

épervier

Épervier

Épervier