On veut harmoniser le secteur de l’Economie sociale

La réflexion autour du sujet sera au cœur de la deuxième édition des Journées nationales de l’économie sociale prévue du 14 au 16 octobre prochain à Yaoundé.

Après une première édition réussie en 2013, les Journées nationales de l’économie sociale (JNES) vont à nouveau se tenir. Face à la presse jeudi à Yaoundé, le ministre des Petites et Moyennes entreprises de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), Laurent Serge Etoundi Ngoa, qu’accompagnait le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary a livré les contours de l’évènement.

Placé sur le thème : « Les politiques d’encadrement et d’accompagnement des organisations et entreprises de l’économie sociale », les JNES constitueront l’occasion de faire un état des lieux des politiques publiques d’accompagnement des Organisations de l’économie sociale (OES). Après avoir dressé un état des lieux du secteur des PME et établit un diagnostic des récriminations des acteurs en 2013, le Minpmeesa veut miser sur l’édition de 2015 pour harmoniser les interventions gouvernementales en vue d’un meilleur encadrement des Oes.

Les efforts du gouvernement en matière d’organisation du secteur de l’économie sociale sont perceptibles. La Banque camerounaise des PME (BC PME S.A) et l’Agence de promotion des PME (APME) récemment ouverts en sont une illustration concrète. Egalement au rang des mesures d’encadrement, l’octroi au cours de cette année de 830 millions de F aux OES des collectivités territoriales décentralisés et la préapration d’une loi sur l’économie sociale. Il demeure néanmoins un problème de structuration et partant, de compétitivité de la PME camerounaise. « Le chef de l’Etat a instruit qu’il y ait une répartition équitable de ces appuis à travers le pays, pour répondre à la sollicitation de plus en plus forte. Nous allons également revoir la capacité financière de la BC PME et étendre le champ d’actions de l’APME compte tenu des fortes demandes de financement », a déclaré Laurent Serge Etoundi Ngoa.

Durant les trois jours consacrés au JNE, administrations, acteurs de l’économie sociale et OES seront édifiés sur l’intérêt de la migration du secteur informel vers le formel, les instruments d’appui au secteur privé et la structuration des artisans ainsi que l’enjeu de l’accompagnement et du financement de l’entreprenariat collectif.