On évalue l’aide japonaise au développement du Cameroun

L’appui qui intervient dans le cadre du don hors projet du Japon a été  évalué au cours d’une réunion de travail jeudi dernier entre le Minepat et l’ambassadeur du Japon au Cameroun.

L’étang piscicole du Gic Centre intégré de formation et de développement des jeunes ruraux en activités agropastorales (Cifodjrac), à Afan-Oyoa, arrondissement de Mbankomo, affiche fière allure. Une production importante, une écloserie moderne équipée d’appareils de pointe, des bacs de sédimentation équipés de filtres écologiques qui permettront, d’après Bienvenu Obama le promoteur, d’accroitre la production à 50 000 alevins en 40 jours. Cette structure constitue un bel exemple des douze projets nationaux réalisés grâce à l’appui du don hors projet du Japon. Un succès qui a fait naître en Kunio Okamura, ambassadeur du Japon au Cameroun, un sentiment de satisfaction quant au bon usage des 3,25 milliards de F octroyés par son pays au Cameroun, en guise d’aide au développement économique et social.

Le don accordé au Cameroun, dans le cadre de la politique japonaise d’aide aux pays en voie de développement, a fait l’objet d’une réunion de travail entre le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Administration du territoire (Minepat), Emmanuel Nganou Djoumessi et Kunio Okamura jeudi dernier à Yaoundé. Occasion pour Pélagie Nguimout Ekong, secrétaire permanente du don hors projet du Japon, de présenter l’exécution du don. Les deux parties ont également examiné l’agenda des différents projets sélectionnés parmi lesquelles, la construction de 17 ponts équipés à Meyomessala, l’extension du centre de développement de la femme d’Endom et celle de l’électrification du village Sokelle. « Nous avons arrêté un certain nombre d’axes notamment, ceux qui vont vers la production, ceux qui vont à la rencontre des attentes des producteurs et  l’accompagnement dans la création d’emplois. Les projets sont rendus à leur phase de réalisation », a expliqué le Minepat.

En effet, le Japon a mis en place une politique pour accompagner les pays en voie de développement, à travers la promotion des microprojets et l’appui à la lutte contre la pauvreté. Au rang des pays choisis, le Cameroun a bénéficié en 2012 d’un financement de 3,25 milliards de F pour la quatrième fois consécutive. Appui reparti à travers les secteurs tels que les infrastructures scolaires, sanitaires ainsi que l’eau et l’électricité.

Pour se faire une idée claire des travaux menés dans le cadre des projets sélectionnés, Emmanuel Nganou Djoumessi et Kunio Okamura ont effectué une descente dans le Gic  Cifodjrac, l’une des structures bénéficiaires de l’appui. Une visite satisfaisante pour  l’ambassadeur du Japon qui a inscrit la bonne marche du don dans le cadre des bonnes relations de la coopération Cameroun-Japon. Au terme de celle-ci les deux personnalités ont émis le vœu de voir prospérer et même de contribuer à la promotion de telles initiatives génératrices de revenus. Elle diplomate a conclu en annonçant d’autres projets visant à aider le Cameroun attendre son émergence.