camernews

Ömer Faruk Dogan : “je suis très gêné par cette affaire”

Ömer Faruk Dogan : “je suis très gêné par cette affaire”

Rencontré le lundi 17 août 2015, l’ambassadeur de Turquie au Cameroun a invité le capitaine des Lions Indomptables à dire la vérité aux Camerounais à propos de l’exil des membres de sa famille.

Le capitaine des Lions indomptables a-t-il vraiment fait évacuer sa famille en Turquie pour la mettre « officiellement » à l’abri de Boko Haram le journal turc « Hurriyet » il y a quelques jours ? L’affaire chauffe encore sur les réseaux sociaux. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a une vérité à dévoiler dans cette histoire plutôt banale. Dans une version démentie via Twitter par Stéphane Mbia, la semaine dernière, la visite des membres de sa famille en Turquie « n’a absolument rien à voir avec tout ce que j’ai pu lire sur une quelconque instabilité au Cameroun. »

Il réagissait ainsi à l’article publié par le journal turc. A l’ambassade de Turquie sis à Bastos où nous nous sommes rendus le lundi 17 août 2015, Ömer Faruk Dogan, l’ambassadeur, s’est voulu clair : « Je ne peux malheureusement pas répondre à toutes vos questions. Je suis obligé de dire qu’il y a des choses qui vont gêner le peuple camerounais et le gouvernement. Je suis déjà très gêné par cette affaire ». A la question de savoir si l’international camerounais a « menti », Ömer Faruk Dogan a préféré être diplomatique avant de lâcher : « Une partie de sa famille est partie normalement mais le reste, vous devez lui demandez et je dois vous dire qu’aucun journal turc ne peut publier de pareilles informations sans vérifier ».

Au cours de l’entretien accordé au reporter de votre journal, l’on a appris de l’ambassadeur turc qu’il y a eu deux groupes. Quatre membres de sa famille constitués du papa du joueur, ses deux soeurs et son frère qui sont d’abord partis normalement. Et le reste alors ? La réaction du joueur jusqu’à présent est restée molle pour une affaire aussi sensible. A-t-il voulu sauver ou aider quelques frères qui souffrent au pays en dehors de ses proches ? L’ambassadeur Ömer Faruk Dogan n’a pas voulu se prononcer sur les autres membres exilés en raison des exactions de de Boko Haram, mais précise que « sa maman n’a pas voulu partir. Vraiment, je suis très gêné ! C’est une approche privée. Les institutions officielles n’ont rien à voir dans cette affaire. Il faut demander à Stéphane Mbia ce qui s’est réellement passé. Qu’il dise la vérité aux Camerounais ! »

L’ambassadeur de la Turquie au Cameroun confirme que Trabzonspor, l’équipe du joueur, est intervenu pour l’obtention des visas et la presse s’est basée sur les éléments fournis au club par le capitaine. En rappel, le journal turc affirmait que Stéphane Mbia avait bel et bien fourni au club des images de son village. Au domicile des parents de l’international camerounais hier autour de 7 heures 20 mn, tantine Marie, la « grand-mère » de Stéphane, qui est en réalité l’aînée de son père, était très surprise. Elle a déclaré : « Je fais ma prière vous venez me dérangez ! C’est pourquoi ? ». Interrogée sur une éventuelle menace de la secte Boko Haram, Tantine Marie, surprise, a été concise.

« Non ! Aucun problème ! C’est un mensonge ! Nous sommes là, moi je suis là. Sa femme est venue avec les enfants en congé et elle va repartir d’ici jeudi. On vient de perdre notre cousin au village. Vous parlez de quelle famille ? Son petit frère qui a échoué le bac pleurait sans cesse et il l’a appelé avec ses deux soeurs. Nous n’avons eu aucun problème. Boko Haram n’a attaqué personne dans la famille », a-t-elle affirmé en claquant les mains. Elle ajoute : « On ne connaît même pas le problème qu’il y a dans cette affaire, vous venez m’interroger, suis-je joueur ? Quel Boko Haram ? ».

Elle enverra même un cousin vivant dans la même maison insister sur ces mêmes idées. « Si vous voulez on part même au village tout de suite ! Vous trouverez sa femme, nous avons deuil, on a perdu un de nos cousins ! Personne dans la famille n’a été attaqué par Boko Haram, me voici ! Si c’était le cas, on allait vous dire ! On ne peut pas cacher ce qui est mauvais. Pourquoi cacher ? ».  En rappel, Hurryet rapportait il y a une semaine qu’ »après avoir vu des images d’une récente attaque de la secte islamiste contre son village au Cameroun, le joueur avait demandé de l’aide aux dirigeants de Trabzonspor. Ces derniers ont transmis sa requête au ministère turc des Affaires étrangères, qui a réussi à transférer son père, sa mère et deux de ses proches en lieu sûr. Ils ont ensuite pu bénéficier d’un visa pour se rendre en Turquie. »

 

camernews

camernews