OL : et si Nicolas Nkoulou avait enfin vraiment sa chance ?

Le football est fait de choix. Certains compréhensibles, d’autres pas forcément. Quand il rejoignait l’Olympique Lyonnais l’été dernier en qualité de joueur libre après avoir tout fait à l’Olympique de Marseille, Nicolas Nkoulou avait tout de la bonne affaire. Avec ses 240 matches de Ligue 1 (45 matches joués titulaire par saison toutes compétitions confondues ces 5 dernières années) qu’il comptabilisait à l’époque, le défenseur central camerounais devait être le pilier de l’arrière-garde rhodanienne mais, rapidement, a glissé dans la hiérarchie aux yeux de Bruno Genesio. Rendez-vous compte, le Lion indomptable (74 sélections) n’a plus disputé le moindre match officiel avec l’équipe première lyonnaise depuis le 14 décembre dernier (pour un total de 13 rencontres disputées avec son nouveau club)…

Une situation difficile à comprendre objectivement pour un élément de sa trempe qui, pour autant, n’a jamais fait de vagues depuis son arrivée dans la capitale des Gaules et n’a jamais haussé le ton pour se plaindre de son sort, excellente éducation oblige, faisant contre mauvaise fortune bonne moralité en respectant des choix qui avaient de quoi laisser songeur et le faire craquer, lui qui fut souvent envoyé en tribunes en qualité de 19ème homme. Dans l’esprit de l’entraîneur rhodanien, les choses apparaissent claires, et Nkoulou ne fait office que de quatrième choix pour lui, derrière Emanuel Mammana, Mouctar Diakhaby, et Mapou Yanga-Mbiwa. Trop rapidement catalogué comme le symbole du début de saison raté de l’OL, le joueur de 27 ans a été placardisé au fil des semaines, malgré des prestations pourtant plus qu’intéressantes dans les grands rendez-vous face à la Juve, l’ASSE, le FC Séville, et l’OM (2 buts seulement encaissés par l’OL sur ces 4 matches).

Les statistiques sont pourtant favorables à Nkoulou

Du reste, les chiffres ne trompent pas, et ne montrent pas des performances indignes de la part de l’ancien Monégasque, bien au contraire. Avec 94% de passes réussies et 57% de duels gagnés, le numéro 3 lyonnais présente des pourcentages supérieurs ou égaux dans ces deux secteurs ô combien importants à ceux de Mammana (91% et 51%), Diakhaby (90% et 57%) et Yanga-Mbiwa (89% et 46%). Difficile donc d’expliquer sa mise à l’écart totale au vu des statistiques : « Je n’ai pas dit que je ne comptais pas sur lui, j’ai dit que je comptais sur ceux qui sont sous contrat avec l’OL. (…) Il y a une concurrence mais il n’est pas écarté », lançait Bruno Genesio en conférence de presse fin février.

Pourtant, le Camerounais est bien l’élément éternellement sacrifié au moment de constituer un groupe… Après la lourde défaite concédée par l’OL face à Lorient ce samedi soir (1-4) et la prestation inquiétante d’un Mammana en larmes à la fin du match, les cartes pourraient-elles être redistribuées afin que le champion de la CAN 2017, qui a mis comme nous vous le révélions sa carrière internationale entre parenthèses, puisse enfin avoir véritablement la chance de retrouver le rectangle vert et démontrer sur le pré sa valeur ? Seul Bruno Genesio a la réponse. En attendant, le défenseur était lui titulaire, capitaine, et performant avec la réserve ce samedi. Pas mal pour un élément supposément blessé…